ALBUM ROCK BELGE

 

Retour sur la page BIENVENUE
 
Retour sur l'index de Rock belge
Ablaze

Actors (The)

Arkham

Ariane et les 10-20

Babs et Babettes - Six Babs
Bob Dartsch - batteur
Brumaire
Brummel's
Buddy Brent ans the Rocking Devils
Blue Notes (The)

Blue Rock et Armand Massaux

Buddy and the Shamrocks
Burning Plague
Burt Blanca (1960-64)
Captain Bismarck
Carriage Company
Chapmans (The)

Chats Noirs (Les)

 

Cinéma

Cousins (Les)
Crash
Croque-Morts (Les)

Denny Vinson alias Stroff

Ducs ( Les )
Doctor Down Trip

Dollars (Les)

Downtrip
Eagles (The)
Enfants Terribles (Les)
Fellows (The)
Frangins (Les)

Freddy Nieuland - Le Wallace de Freddy; Bio complète

Godasses Vertes (Les)
Hiroshima

Hubble Bubble 1973-1979

 

J.J.Band

 

Jean-Pierre Onraedt, batteur

Jelly Fish
Jenghiz Khan
Jess and James/J.J.Band
Jets et Peter Welch
John Valcke - bassiste
Jokers (The)

Kalika/Soul Fingers

 

The Kids 1978

King Bees (The)
Kirk Viking et ses Vikings
Klan (The)
Kleptomania 1969-74 - Les débuts (I)
Klepto en 1974 (II)
La fin de Klepto (III)

Kosmose

Lagger Blues Machine
Laurélie
Lee : Période belge 1972-73 (Première partie)

Lee: International

1973-74 (deuxième partie)

 

Machiavel - Eurock (1976-1977)

 

Machiavel

Entre Eurock, Punk et New wave

(1978-1979)

 

Machiavel

Nouvelles Lignes (1980-1982)

 

 

Mad Virgin 1978

 

Mec-op-Singers

 

Moby Dick

Nessie
Night Rockers
Ombres (Les)
Partisans (Les)

Passengers 1978

Pazop
Provence Recording Studio - R. van Hove

Raxola

Recreation

Roberto Epis

Rockets (The) 1960-68

Salix Alba

Saphirs (Les)
Samoreds (Les)
Seabirds (V.F.)
Seabirds (NTT)

Serpents Noirs

Shakes (The)
Shers (The)
Spiders (The)
Sweet Feeling (The)
Sylvester's Team
Tomahawk Blues
Band
Tenderfoot Kids
T.U.S.H.
Two Man Sound
Vacation
Wallace Collection - 1969L'envolée vers la gloire (1/1)
Wallace Collection - 1969L'envolée vers la gloire (2/1)
Wallace Collection - 1970La rançon de la gloire
Wallace Collection - Le crépuscule (1971).
Wallace Collection 69-71 Discographie complète
Waterloo
Reliques du Rock: Bowlers-Black Birds-Crash Cyclops-Memphis- 1815 Challengers -Lucky.Jones
Valérie Pascal-Liliane- Clandestins_Tempêtes
CHRONIQUE 1960-1965 CHRONIQUE 1966-1972 CHRONIQUE 1973-1980 LES PIONNIERS DU ROCK GROUPES ROCK
BELGES

BIBLIO ROCK CINÉS DU CENTRE VILLE CINÉS DE QUARTIER PROGRAMMATION TOUT BRUXELLES CINÉ DOCS
 

ROCK BELGE / ALBUM SOUVENIRS

RAXOLA (1976)

Biographie rédigée par Yves Kengen

 

Louis Louis (guitare) - Snikkey (batterie) et Yke (chant et guitare) © Paul Coerten

À l'Ancienne Belgique en avant-premièrede The Jam

 

 

 

Raxola est né d’un double péché originel : avoir un passé musical au temps du punk et provenir de la classe moyenne. Rédhibitoire pour les censeurs de l’époque. Les quelques journalistes musicaux belges faisaient la pluie ou le beau temps, au gré de leurs humeurs et de leurs préjugés. C’était avant l’Internet. Pourtant, Raxola venait de sortir, en janvier 1978, un album qui serait considéré vingt ans plus tard comme un monument et qui allait devenir le collector belge le plus cher à l’argus du vinyle (450 $).

Les trois membres de Raxola provenaient tous de groupes de pub rock sévissant dans les bistrots et les clubs enfumés. Evergreen pour Yke, Royal Flash pour Louis et Nicotine pour Snikkey. Entre les deux, Yke avait tenu la basse dans Bastard, le groupe proto punk qui allait donner naissance aux Damned et à Elton Motello.

 

 

 

Yves Kengen (Yke) - 1974 dans Evergreen

 

 

En 1976, Yke zone à Londres. Son groupe Evergreen s’épuise dans le circuit des clubs et peine à se renouveler. Yke cherche l’inspiration ailleurs.

 

Éphémère chanteur de Vacation, il hante les clubs et les pubs londoniens où il voit jouer Thin Lizzy, Motorhead, UFO, Dr Feelgood, Eddie and the Hot Rods et le tout jeune Elvis Costello.

 

Le pub rock cède graduellement le pas à un rock frustre, rudimentaire, brutal dans lequel une certaine jeunesse laissée pour compte du thatchérisme trouve un exutoire facile.

 

Trois accords, un blouson de skaï, les cheveux en épi, une guitare à trois sous et one two three four, c’est parti.

 

Lors de ses retours à Bruxelles, il fait la connaissance de Brian James, future icône punk qui a, lui aussi, un passé dans la musique. Il n’y a pas de hasard. Bastard écrase les oreilles bruxelloises incrédules : aucun groupe n’a jamais joué aussi fort.

 

Un répertoire inspiré des Stooges, du MC5 et des New York Dolls. Les titres « Doctor Gong » et « Comfort » préfigurent l’album que The Damned enregistrera l’année suivante.

 

Lorsque Brian James repart en Angleterre former les London SS, Yves Kengen (Yke) recrute le bassiste Louis Hubeau et le batteur Guy Van Snick (Snikkey) ; le trio va répéter plusieurs mois sur des compos.

 

Un soir de beuverie, avec leur roadie Charlie, ils accouchent de ce nom stupide, Raxola. La faute à la Newcastle Brown Ale. Après, depuis qu’on cherche les groupes sur Google, s’appeler Raxola c’est bien pratique : ce mot n’existe dans aucune langue, sinon dans un patois espagnol pour désigner des carrelages. 

 

Le hasard les met sur le chemin de l’équipe qui produit The Kids, (Firmin Michiels qui les place chez Philips et Alain Ragheno qui assure leur management).

 

 

Ceux-là sont vraiment parfaits : jeunes, émergents et dockers à Anvers. Un rêve marketing. Mais les businessmen veulent du bon et Raxola leur plaît. Les chansons ont un petit quelque chose en plus que la masse des « one two three four ».

 

En avant pour le studio Swan, habituellement dévolu à Will Tura. L’album est enregistré en trois jours. Certes, le son est dégueulasse. Les ingés n’ont jamais enregistré de guitares saturées de leur vie.

 

Yke chante en jouant. C’est du live. Seuls quelques rares solos seront pris en re-recording. L’album est démoli par la presse, comme il se doit.

 

 

Sorti chez Philips - 1978

 

 

 

Raxola assure la première partie de la tournée de The Jam en février 1978 puis tourne en package avec The Kids. Pendant quelques mois, ça roule bien.

 

Yke retourne à Londres où The Damned marche à fond. Il les accompagne sur quelques concerts, conduit leur camion et assure les premières parties avec les roadies. Il erre chez Stiff Records, où il rencontre Jake Riviera mais surtout, Ian Dury. Un Ian Dury qui n’hésite pas à mettre du funk dans son punk. Pour Yke, c’est une révélation. Il compose quelques nouveaux titres dans cet esprit et les propose à la firme de disques. Pas de chance : ça ne plaît pas. On ne demande pas à Raxola d’être novateur, mais de faire bouillir la marmite. Virés.

 

Le groupe ne survivra pas à cette désillusion. Louis va vendre des bagnoles en France et Snikkey retourne à ses premières amours : le pub rock. Quant à Yke, il relance brièvement Evergreen dans un nouveau line up, fait le sideman pour un guitariste belge, joue au rocker de variétés avec un rockabilly, « Snack bar », qui va quand même vendre 30.000 exemplaires.

Puis il disparaît des radars. On le croise à La Nouvelle Orléans, à Paris, à Cape Town et Johannesburg. Il devient journaliste.

 


Yke

 

 

Pendant ce temps, des compilations paraissent qui reprennent quelques extraits de l’album de Raxola : « Bloodstains across Belgium » et « Bloody Belgium ». Ces disques font un malheur au Japon.

 

Un matin de 1999, le téléphone sonne. Yke décroche. C’est un collectionneur et historien du punk belge, Ronny Wijnant. « On vous cherche partout ! Les Japonais sont fous de Raxola, le meilleur groupe punk belge ! ».

 

Incrédule, Yke cherche des preuves… et les trouve. Une série de petits disquaires spécialisés veulent vendre l’album de 1978. Yke décide de récupérer les droits auprès de l’éditeur de l’époque.

 

Il veut récupérer les bandes : Philips les a jetées. Au départ de 3 vinyles, Yke refait un master et produit 500 CD. Ils partiront en deux mois. La demande s’accroît. Les disques partent par la poste, par paquets de 30, pour des adresses improbables. Le paiement arrive en deux jours dans des enveloppes de CD, en dollars américains. Il n’y aura pas un seul impayé.

 

Finalement, le distributeur Disk Union rachète tout le stock. À l’arrivée, ce sont 4000 albums qui seront vendus au Japon.

 

A New York, les mecs de Radio Heartbeat veulent, eux, ressortir un vinyl. Ils le font à l’identique de l’original. Les 500 exemplaires seront rapidement vendus. Une interview de Yke paraît dans le légendaire magazine Maximum R’n’R.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les membres originaux se retrouvent en France, chez Louis, pour reformer le groupe et rejouer, voire enregistrer un nouvel album. Cela ne marche pas très bien. La cohésion n’y est plus ; Louis est dans un trip 100% numérique, tandis que Yke veut rester fidèle au live analogique.

 

Un concert est organisé à Bruxelles dans le cadre d’un festival punk au VK à Molenbeek en 2004, avec Raxola, The Damned et bien d’autres à l’affiche. Quelques jours avant le gig, Louis annonce qu’il ne viendra pas. La rupture est consommée.

 

Yke part à Brighton enregistrer un single sous la direction de Brian James. Puis il relance le groupe avec de jeunes musiciens et repart sur la route. Le projet collectif « Punks against Blair » les amène à effectuer leur première tournée en Angleterre. Ils y enregistrent un album live.

 

Après quelques changements de personnel, Yke décide d’entrer en studio avec les musiciens qu’il côtoie en 2007 et 2008. De nouvelles compos voient le jour, toujours dans l’esprit militant qui est sa marque de fabrique. Le monde ouvrier, le sort des économiquement faibles, la réalisation de soi, le pacifisme sont les sujets récurrents, traités avec cynisme mais non sans émotion.

 

Remarque : LIVE IN O'FIVE est un album de six titres.

 

 

De g. à d. : Phil Bertrand, Yke, Fabrice Gacinto et Mario Zola 2018

 

 

 

Il faudra encore de longs mois avant que sa rencontre avec Thierry Plas ne permette de figer cela dans un album cohérent de 10 titres, qui reçoit le nom de Guts Out. On ne saurait mieux dire !


Thierry Plas s’est beaucoup investi dans le projet en tant que producteur, ingénieur du son et musicien. Auparavant, le groupe avait enregistré la batterie et la basse au studio Magnet, de Jean-Pol Van Hamme (fils de Manitas, bassiste de Blue Rock), à Herent.

 

Les fans de la première heure risquent d’être surpris. Mais l’évolution et le changement sont dans l’ADN de Raxola. Nous ne sommes plus en 1978 et il est grand temps que le rock’n’roll retrouve son lustre brut, direct et social.  Le slogan de Raxola est toujours d’actualité : take it or beat it !

 

 

 

 

 

DISCOGRAPHIE

 

https://www.discogs.com/fr/artist/278632-Raxola

 

ALBUMS

 

Raxola ‎(LP, Album)

Philips

6320 045

1978

 

 

 

 

Raxola ‎(LP, Album, RE, Unofficial, W/Lbl)

Not On Label (Raxola)

none

1998

 

 

Raxola ‎(CD, Album, RE, RM)

Not On Label

RAX001

2002

 

 

Raxola ‎(CD, Album, RE)

Disk Union

PKCL-001

2006

 

 

Raxola ‎(LP, Tes)

Radio Heartbeat

RHB104

2007

 

 

Raxola ‎(LP, Album, Ltd, RE)

Radio Heartbeat

RH-104

2007

 

Guts Out ‎(CD, Album)

Raxola

RAX 005

2017

Guts Out ‎(LP, Album)

Raxola

RAX 005

2017

 

SINGLES

 

I Wanna Be An Angel ‎(CD, Single)

Disk Union

PNK0404-179

2004

Live In O'five ‎(CD, EP)

Disk Union

PNK0702-049

2007

Come Back Shoes ‎(CD, Single)

Rax

RAX 004

2017