CHRONIQUE 1966- 1972

 

Retour sur la page BIENVENUE

Retour sur l'index de Chronique 66-72

 

AGENDA DES CONCERTS

Agenda des concerts rock

en Belgique - Année 1968

 

Agenda des concerts rock en Belgique - Année 1969

 

Agenda des concerts rock en Belgique - Année 1970

 

Agenda des concerts rock en Belgique - Année 1971

 

Agenda des concerts rock

en Belgique - Année 1972

 

FESTIVALS

Pop-Event à Deurne Arena 21 juin 1969

Festival Jazz Bilzen 1966

Festival Jazz Bilzen 1967

Festival Jazz Bilzen 1968

 

Festival Jazz Bilzen 1969

 

Festival Jazz Bilzen 1970

 

Festival Jazz Bilzen 1971

 

Festival Jazz Bilzen 1972

 

 

Festival de Châtelet 1966

 

Festival de Châtelet 1967

 

Festival de Châtelet 1968

Free Show Wolu Shopping Center - juin 1971

Free Show Wolu Shopping Center - octobre1971

 

Festival Actuel -Amougies

- Mont de l'Enclus 1969

 

Pop Hot Show 1 du 6 novembre 1969- Salle de la Madeleine

 

Pop Hot Show 2 du 20 décembre 1969 -Salle Newton

 

Pop Hot Show 3 du 7 mai 1970 -Moustier sur Sambre

 

Pop Hot Show 4 des 17 -18 mai 1970- Trazegnies

 

Pop Hot Show 5 du 5 septembre 1970 - Huy-Andenne

 

Cocoripop Charleroi 1971

 

Pop Circus 30 avril 1972 à Liège

 

Festival Guitare d'Or Ciney 1966 -1968

 

Festival Guitare d'Or

Ciney 1969 -1971

Rac Pop Festival 69

 

Le parapluie des vedettes

Huy 1967 - 1968

 

Island Show - Londerzeel octobre 69

 

Festival Ile de Wight

août 1970

 

Festivals à Jemelle 1969-1973)

 

Wolu City 1966 -1967-1968

 

Festival - en France

Seloncourt 18 et 19/9/1971- Pete Brown

 

GROUPES ÉTRANGERS

 

Rolling Stones Bruxelles 1966

 

Rockstars 1966-1969 in Belgium-Holland-England

 

Rockstars 1970-1972 in Belgium-Holland-England

 

Kinks en Belgique 1966

 

Who en Belgique 1967

 

Jimi Hendrix en Belgique 1967

 

Mike Stuart Span 1968

 

Fleetwood Mac en Belgique 1970

 

Genesis en Belgique 1971-72

 

Everly Brothers Roma 1972

 

Hollies et Move à Gand au Sportpaleis en 1969

 

Pink Floyd Belgique - Théâtre 140

 

Spencer Davis Group en Belgique

 

Théâtre 140 - 36Hr underground -Yes -Ten Years After - Nice

 

Tremeloes - Festival Ciney 1971

 

Cliff Richard - Marvin, Welch, Farrar -Olivia Newton-John -Anvers 1971

 

Jethro Tull - Belgique 1972

 

Golden Earring en Belgique 1971-1973

Wings - Roma 1972

DANCINGS

 

Dancings sur la côte belge - années '60

 

Wallace Collection 1968 Répétitions aux Gémeaux

 

Dancing Le Grenier Antre du rock

 

Cheetah Club, temple du rock

 

Discothèque Les Gémeaux

 

Club Dancing Le Puzzle

 

Ferme V. Story - 1965-1974

 

Le Pop and Soul

 

SALLE SPECTACLE

 

Palais des Beaux-Arts s'ouvre au rock - 1970

 

MEDIA

 

British Week à Bruxelles - 1967.

 

Culture Pop : Mersey Beat Années Hippies Flower Power - Psychedelisme.

 

Swinging London ''60

 

Show-Biz en Belgique dans les années 60

 

Pop Shop - Émission rock RTB - 1970-1973

 

Filles des années 60 - Models sixties

CHRONIQUE 1960-1965 CHRONIQUE 1966-1972 CHRONIQUE 1973-1980 LES PIONNIERS DU ROCK GROUPES ROCK
BELGES

GRAVÉ DANS LE ROCK BIBLIO - ROCK
NEWS
THE SHAKESPEARES CINEMA - SALLES
COUPS DE FILMS
LIENS
 

 

LES TREMELOES EN BELGIQUE

 

CINEY - 11 JUILLET 1971

 

The Tremeloes, sur le podium de Ciney - 11 juillet 1971

 

The Tremeloes

 

 

L'AGENCE CENTURY ENGAGE LES TREMELOES

 

Chaque année, depuis dix ans, Jean Martin, le directeur du Secrétariat des artistes et manager du Wallace Collection, fournit en artistes le chapiteau de la Guitare d'Or à Ciney. Fier de cet événement qu'il a littéralement porté de ses deux bras avec le maïeur de la localité, Jean Martin essaie de réunir un plateau susceptible de satisfaire tous les goûts.

 

Pour ne pas être taxé de fournisseurs exclusifs de groupes ou de vedettes françaises, Martin a décidé cette année d'inviter la crème des groupes pop belges. Parmi eux : Arkham, Kleptomania, les Pebbles et le Lagger Blues Machine. Sans oublier le Jenghiz Khan, si cher à Piero K.

 

Le reste du plateau est assez hétéroclite puisqu'on retrouve pêle-mêle le Philarpopic Orchestra, Modus Vivendi et Isaac Guillory. Il lui manque une locomotive, un groupe anglais de renom qui lui attirerait un bon millier de spectateurs en plus.

 

Début mai , soit deux mois avant le Festival, Jean Martin, contacte l'Agence Century. Il voudrait bien compter sur Black Sabbath, Uriah Heep, Faces ou les Tremeloes.

 

Mais il est déjà bien tard dans la saison que pour dégotter un groupe important qui acceptera de venir en Belgique pour une seule prestation. Après avoir reçu des réponses négatives pour les trois premiers noms cités, nous avons la bonne surprise de recevoir un coup de fil qui nous confirme que les Tremeloes acceptent de venir à Ciney pour la soirée du 11 juillet.

 

FLASHBACK :

BRIAN POOLE AND THE TREMELOES

(Article de Piero paru dans le TéléMoustique 2291 - 18/12/1969)

 

Mike Smith est une personnalité au sein de la firme Decca. J'irai même jusqu'à dire que Mike est un grand malchanceux célèbre. Un de ces hommes qui ne demandent rien à personne et qui, par un concours de circonstances, tout à fait indépendant de leur volonté, selon la formule consacrée, se sont retrouvés être les dindons de la farce.

Ce jour-là (cela se passait il y a quelques années déjà), Mike Smith devait auditionner deux groupes amateurs qui sollicitaient un contrat d'enregistrement chez Decca. De la routine. L'un des groupes était bien habillé, très poli, très correct, à la valeur musicale égale. Ce sont ces détails qui firent pencher la balance en faveur de Brian Poole and the Tremeloes.

L'autre groupe ? Non, vraiment, ils étaient trop fantaisistes. Merci, on vous écrira. Cette décision doit encore hanter les cauchemars de Mike Smith. Car désormais il est « l'homme qui refusa d'engager les Beatles » !

 

Rivaux des Beatles

 

Les Beatles allèrent donc enregistrer chez Parlophone et commencèrent leur irrésistible ascension. Dès leurs débuts, Brian Poole and The Tremeloes furent leurs grands rivaux. Notamment lorsque les deux groupes sortirent le même disque, Twist and Shout. Inutile de vous raconter une longue histoire pour en arriver à la conclusion que si pour les Beatles, tout a été de mieux en mieux.., ce ne fut pas le cas pour Brian Poole.

 

Brian Poole and The Tremeloes

 

Après cinq disques, qui connurent pas mal de succès : Twist And Shout, Do You Love Me, I Can Dance, Candy Man et Someone, Someone, des divergences d'opinion apparurent entre Brian et son groupe. Le chanteur désirait concentrer son répertoire sur des morceaux doux et le présenter devant un public varié. Les Tremeloes, eux, voulaient jouer quelque chose de dynamique pour un public jeune. Quand les musiciens ne sont plus d'accord sur leur musique, ils se séparent ; c'est ce qui arriva. Le chanteur et le groupe poursuivirent dès lors leur chemin séparément.

 

Une avalanche de hits

 

C'est aux Tremeloes que cela réussit le mieux. Après un essai infructueux avec leur version de Good Day Sunshine (des Beatles), ils firent un hit de Here Comes My Baby.

C'est à partir de ce hit que commence leur nouvelle carrière. Elle va se poursuivre par une série de disques qui, tous, figureront aux hit-parades : Silence Is Golden, Suddenly You Love Me, Here Comes My Baby, I Shall Be ReIeased, etc... Leur réputation s'étend, devient internationale. Dans certains pays, elle égale celle des Beatles.

 

 

 

The Tremeloes

 

La musique des Tremeloes se veut commerciale. Ce sont des représentants du vieux système selon lequel un groupe doit accumuler les succès avec « ses simples » pour se maintenir parmi les plus demandés. Les albums qui ont tant d'importance pour les groupes progressistes ne sont qu'accessoires pour les Tremeloes. Est-ce plus difficile ou plus facile pour eux ? Je vous laisse le soin de méditer là-dessus.

 

Voici nos quatre Tremeloes, un par un :

 

De g. à dr. : Alan Blakely (guitare rythmique), Rick West (guitare solo), Chip Hawkes (guitare basse) et Dave Munden (batterie),

 

RICK WEST : Son vrai nom est Richard Charles Westwood ; il est né le 7 mai 1943, à Dagenham. Il est entré dans le groupe quelques mois avant que celui-ci ne se sépare de Brian Poole. Avant, il était électricien. Il joue de la guitare solo. En musique, il aime Django Reinhardt, le « country » et le rythm and blues. Sa principale ambition est d'avoir de plus en plus de hits avec le groupe.

 

DAVE MUNDEN : Son vrai nom est David Charles Munden. Il est né le 12 décembre 1943, à Dagenham. Il tient la batterie. C'est Alan Blakely qui l'a persuadé d'en jouer. Avant il était chauffeur de camion. Il aime le style « Tamla Motown » et tout ce qui « balance ». Il voudrait pouvoir jouer avec Joe Morello, le batteur de Dave Brubeck.

 

CHIP HAWKES : son vrai nom : Léonard David Hawkes. Né la 11 novembre 1946, à Shepherd's Bush. Il joue de la guitare basse. C'est un musicien autodidacte. Avant, il était menuisier. Il aime les Beatles et le son « Tamla Motown ». Il voudrait devenir célèbre aux U.S.A.

 

ALAN BLAKELY : C'est son vrai nom, bien que parfois on l'orthographie Blakley. Je ne pourrais pas vous dire laquelle des deux est bonne. De toute façon la prononciation est la même. Il est né le 1er avril 1942, à Bromley. Il joue de la guitare rythmique. Avant, il était épicier. Il aime James Bond, et sa principale ambition est d'être reconnu comme compositeur.

 

The Tremeloes

 

 

Lire Agence Century Story