CHRONIQUE 1966- 1972

 

Retour sur la page BIENVENUE

Retour sur l'index de Chronique 66-72

 

AGENDA DES CONCERTS

Agenda des concerts rock

en Belgique - Année 1968

 

Agenda des concerts rock en Belgique - Année 1969

 

Agenda des concerts rock en Belgique - Année 1970

 

Agenda des concerts rock en Belgique - Année 1971

 

Agenda des concerts rock

en Belgique - Année 1972

 

FESTIVALS

Pop-Event à Deurne Arena 21 juin 1969

Festival Jazz Bilzen 1966

Festival Jazz Bilzen 1967

Festival Jazz Bilzen 1968

 

Festival Jazz Bilzen 1969

 

Festival Jazz Bilzen 1970

 

Festival Jazz Bilzen 1971

 

Festival Jazz Bilzen 1972

 

 

Festival de Châtelet 1966

 

Festival de Châtelet 1967

 

Festival de Châtelet 1968

Free Show Wolu Shopping Center - juin 1971

Free Show Wolu Shopping Center - octobre1971

 

Festival Actuel -Amougies

- Mont de l'Enclus 1969

 

Pop Hot Show 1 du 6 novembre 1969- Salle de la Madeleine

 

Pop Hot Show 2 du 20 décembre 1969 -Salle Newton

 

Pop Hot Show 3 du 7 mai 1970 -Moustier sur Sambre

 

Pop Hot Show 4 des 17 -18 mai 1970- Trazegnies

 

Pop Hot Show 5 du 5 septembre 1970 - Huy-Andenne

 

Cocoripop Charleroi 1971

 

Pop Circus 30 avril 1972 à Liège

 

Festival Guitare d'Or Ciney 1966 -1968

 

Festival Guitare d'Or

Ciney 1969 -1971

Rac Pop Festival 69

 

Le parapluie des vedettes

Huy 1967 - 1968

 

Island Show - Londerzeel octobre 69

 

Festival Ile de Wight

août 1970

 

Festivals à Jemelle 1969-1973)

 

Wolu City 1966 -1967-1968

 

Festival - en France

Seloncourt 18 et 19/9/1971- Pete Brown

 

GROUPES ÉTRANGERS

 

Rolling Stones Bruxelles 1966

 

Rockstars 1966-1969 in Belgium-Holland-England

 

Rockstars 1970-1972 in Belgium-Holland-England

 

Kinks en Belgique 1966

 

Who en Belgique 1967

 

Jimi Hendrix en Belgique 1967

 

Mike Stuart Span 1968

 

Fleetwood Mac en Belgique 1970

 

Genesis en Belgique 1971-72

 

Everly Brothers Roma 1972

 

Hollies et Move à Gand au Sportpaleis en 1969

 

Pink Floyd Belgique - Théâtre 140

 

Spencer Davis Group en Belgique

 

Théâtre 140 - 36Hr underground -Yes -Ten Years After - Nice

 

Tremeloes - Festival Ciney 1971

 

Cliff Richard - Marvin, Welch, Farrar -Olivia Newton-John -Anvers 1971

 

Jethro Tull - Belgique 1972

 

Golden Earring en Belgique 1971-1973

Wings - Roma 1972

DANCINGS

 

Dancings sur la côte belge - années '60

 

Wallace Collection 1968 Répétitions aux Gémeaux

 

Dancing Le Grenier Antre du rock

 

Cheetah Club, temple du rock

 

Discothèque Les Gémeaux

 

Club Dancing Le Puzzle

 

Ferme V. Story - 1965-1974

 

Le Pop and Soul

 

SALLE SPECTACLE

 

Palais des Beaux-Arts s'ouvre au rock - 1970

 

MEDIA

 

British Week à Bruxelles - 1967.

 

Culture Pop : Mersey Beat Années Hippies Flower Power - Psychedelisme.

 

Swinging London ''60

 

Show-Biz en Belgique dans les années 60

 

Pop Shop - Émission rock RTB - 1970-1973

 

Filles des années 60 - Models sixties

CHRONIQUE 1960-1965 CHRONIQUE 1966-1972 CHRONIQUE 1973-1980 LES PIONNIERS DU ROCK GROUPES ROCK
BELGES

GRAVÉ DANS LE ROCK BIBLIO - ROCK
NEWS
THE SHAKESPEARES CINEMA - SALLES
COUPS DE FILMS
LIENS
 

LA CULTURE POP DES ANNÉES 60

DU MERSEY BEAT AU SWINGING LONDON

CULTURE POP - CARNABY STREET

 

Le mot  pop vient de l'anglais  popular art. L'art populaire va très devenir l'art des masses et plus particulièrement celui de la jeunesse des années 60. Il va toucher les moyens modernes de communication telle la télévision, le cinéma, la publicité et la musique.

 

Depuis la fin des années 50, le mode de vie occidental s'appuie sur la consommation. Tous les ménages modernes possèdent désormais un frigo, un téléviseur et une machine à laver. Mais la culture elle-même va subir le même sort. En masse, de nouveaux artistes vont naître, devenir des stars et devenir eux-mêmes de futurs produits de consommation.

 

 

 

© jHdg

 

Car avec la  pop culture il y a de l'argent à gagner. Enormément. Les jeunes, de plus en plus indépendants de leurs parents, deviennent de gros consommateurs et notamment de musique et de cinéma.

Mais aussi de motos, de vêtements, de jeans, de blousons de cuir. Le rock est en plein essor et génère des profits de plus en plus considérables avec très peu de risques.

 

Mais tous les jeunes ne sont pas dupes. Beaucoup se sentent récupérés par le système commercial mis en place et décident de réagir.

 

C'est à San Francisco que naît au milieu des années 60, le mouvement hippie qui va tenter d'endiguer le phénomène.

 

Les slogans émis par les hippies sont désormais bien connus : comme la société nous opprime ou nous rend dépendants, nous devons riposter ou la combattre Comment ? Par le refus de faire la guerre, par l'accès sans limites aux plaisirs de faire l'amour ou par. l'absorption de drogues.

 

Les hippies se divisèrent ainsi en deux courants : ceux qui quittaient les villes pour s'établir à la campagne pour y cultiver la terre et s'occuper des animaux ; et ceux qui voyageaient en bandes, à moto, sur tout le territoire des Etats-Unis pour s'étourdir le soir avec de la marijuana, du mescal, ou du LSD.

 

En 1967, le mouvement hippie gagne Londres. Il atteindra son point culminant en 1968, puis chutera assez vertigineusement. Les rues de Carnaby Street deviennent célèbres. On y trouve des tenues vestimentaires ahurissantes, une créativité époustouflante (nouveaux designs, posters délirants aux couleurs outrancières de Hendrix, Joplin Guevara, issus de l'imagination d'artistes psychédéliques.

 

 

 

 

 

 

 

 

©jHdg

 

Mais aussi tout l'attirail du parfait hippy : T-shirts, lunettes roses, bâtons d'encens, lumières noires, narghilés soufflés à la main, drapeaux de prière tibétains, statues de Bouddha et aussi d'éléphants, lanternes en papier du Népal, bijoux, colliers au signe de la paix, bougies parfumées et déjà d'étonnantes collections de vieux vinyls.

 

 

WARDOUR STREET/MARQUEE CLUB

 

Toutes les nationalités sont représentées à Londres. Le soir, après les longues séances de shopping, les jeunes découvrent les clubs branchés comme le Marquee Club où les meilleurs groupes d'Angleterre essaient de dégoter un contrat.

Le show-business musical est à son apogée et les agences artistiques londoniennes ne savent plus où donner de la tête. Tous les groupes ont leur chance de devenir célèbres et donc millionnaires. La fameuse contre-culture voulue par les hippies est en train de battre de l'aile.

 

Même si Beatles, Rolling Stones, Kinks, Pretty Things, Small Faces et tant autres se cotoient, s'influencent musicalement et respectent leurs différences, c'est le chacun pour soi. Pourvu que la réussite soit au bout du manche de guitare !

 

 

 

Quelques titres de légende :

 

THE BEATLES - Can't buy me love (1964) - Hard day's night ( 1964) - Help (1965) - Eleanor Rigby (1966) - Sergent Pepper ( 1967) - Penny Lane ( 1967) - Strawberry fields forever ( 1967).

THE ROLLING STONES - Route 66 (1963-4)- Satisfaction (1965) - THE KINKS - You really got me (1964) - MARIANNE FAITHFULL - As Tears go by (1964) - THEM - Gloria (1965)

THE ANIMALS - The House of the rising sun (1965) - Don't let me be misunderstood (1965)

THE WHO - My Generation (1965) - I can't explain (1965) - THE YARDBIRDS - Stroll on (1966)- DONOVAN - Mellow Yellow (1967) - HERMAN'S HERMITS - No milk today

THE JEFF BECK GROUP et Rod STEWART - Shapes of things - Rock my Plimsoul - CREAM - I feel free (1966) )

 

WOODSTOCK ... VERS LA FIN DE L'UTOPIE

En août 1969, Woodstock marquera le point d'orgue de l'immense espoir de la culture hippie et en même temps ses immenses faiblesses marquant dès lors le futur déclin annoncé. Pourtant les plus grands du monde musical américain et anglais se sont trouvés côte à côte sur le podium. Pourtant cinq cent mille jeunes se sont réunis pour faire la fête et chanter l'amour. Woodstock demeure à jamais le concert mythique de l'Histoire de la musique-pop. Jamais concert ne fut autant chargé d'émotions, de rêves et de magie. Les plus grands noms du rock anglo-américain de l'époque se sont retrouvés côte à côte durant quatre jours.

 

VENDREDI 15 AOUT 1969 : Richie Havens -Country Joe McDonald -Bert Sommer -Tim Hardin -Ravi Shankar -Melanie - Arlo Guhtrie -Joan Baez - SAMEDI 16 AOUT : Quill - Sweetwater -John B. Sebastian -Keef Hartley - Santana - Incredible String Band -Canned Heat Grateful Dead -Creedence Clearwater Revival -Janis Joplin - Sly & the Family Stone -The Who - Jefferson Airplane - DIMANCHE 17 AOUT : Joe Cocker -Country Joe & Fish - Leslie West / Moutain -Ten Years After -The Band -Johnny Winter -Blood Sweat & Tears -Crosby, Stills, Nash & Young - LUNDI 18 AOUT : Paul Butterfield Blues Band -Jimi Hendrix -

MORT DÉFINITIVE DU RÊVE DES ANNÉES 60

Altamont festival

Mick Jagger assiste médusé à la tragédie.

 

 

La fin de cette époque est marquée par le concert des Rolling Stones à Altamont, en décembre. L'ambiance a changé. Les jeunes ne font plus l'amour dans l'herbe et fumant des joins. Dès le début du concert, il y a de l'électricité dans l'air. Le service d'ordre est assuré par les Hell's Angels.

 

Alors que Mike Jagger entame  Sympathy for the devil  un spectateur brandit un revolver. Aussitôt maîtrisé, ce dernier est abattu par un membre de la sécurité. Année cruelle pour les Stones. En juillet de la même année, Brian Jones, leur guitariste , mourrait à 27 ans de noyade dans la piscine de sa maison du Sussex. Moins d'un mois auparavant, il avait quitté le groupe et avait été remplacé par Mick Taylor. Il était considéré comme l'élément psychédélique du groupe.

 

 

CHRONIQUE DES ANNÉES HIPPIES

AMOUR et PAIX

UTOPIES et DÉSILLUSIONS - LES ANNÉES CHARNIÈRES 1967-1969

Christie/ Come with a flower in your hair

 

 

Au milieu des années soixante, les yéyés ne font plus recette et la mode beatnik s'essouffle. Un nouveau phénomène de société, issu de San Francisco gagne l'Europe : le mouvement hippie. Il prône la paix et l'amour. Les jeunes créent de plus en plus de distance avec leurs parents et éprouvent le besoin de se réunir entre eux. Les Anglais organisent, en plein air, sur l'île de Wight le premier grand concert rock européen. A Berlin et à Amsterdam des clubs proposent des groupes nouveaux, de nouveaux rythmes qui bousculent le rock and roll  traditionnel.

 

Leur slogan  Faites l'amour, pas la guerre  trouvera un écho dans toute la société occidentale. Mais le monde et la politique ne tournent pas comme le voudraient ces idéalistes qui parcourent les routes en rêvant qu'elles sont bordées de fleurs. Les chemins de Katmandou ou de Californie les écartent de la réalité. Pendant ce temps le monde continue à tourner.Cette période charnière de 1967 à 1969 renferme en elle un des grands paradoxes de la moitié du XX° siècle.

 

D'un côté, les événements dans le monde sont plus violents que jamais, de l'autre la jeunesse feint de l'ignorer. Cette démarche pour la moins irréaliste et utopiste marquera un tournant définitif dans les esprits et dans les mours et ruinera peu à peu le concept louable du mouvement hippie qui prônaient les valeurs humanistes. Leur échec pèse aujourd'hui plus lourd que jamais.

 

Pour plus d'infos se référer à Jacques Plessis http://www.evene.fr/livres/livre/jacques-pessis-chronique-des-annees-hippies-17347.php

 

 

 

LES GRANDS ÉVÉNEMENTS SOCIAUX-POLITIQUES

DANS LE MONDE ENTRE 1967 et 1969.

 

LE MONDE EST EN CRISE : ATTENTATS - COUPS D'ETAT - GUERRE DU VIETNAM - CONTESTATION ESTUDIANTINE MAI 68. CES SITUATIONS EXPLOSIVES EXPLIQUENT L'ESPRIT DE MALAISE QUI VA ANIMER LES JEUNES DU MONDE ENTIER. LA MUSIQUE ROCK, LA PROTEST SONG ETC... VONT CONTRIBUER A L'EMANCIPATION ET A L'EXPLOSION DES VALEURS MORALES ET SEXUELLES DE CETTE FIN DE DECENNIE.

 

1967

 

- En Grèce, s'installe une dictature militaire, appelée le « régime des colonels ».

 

- La guerre des six jours éclate, mettant face à face Israéliens et Egyptiens. Le Sinaï et le plateau du Golan sont annexés. C'est le début de l'implantation massive des colonies juives en territoire arabe.

 

- Le guérilleros argentin Che Guevara est abattu en Bolivie, le 7 octobre. C'est la fin de l'utopie de l'ex compagnon de Fidel Castro et le début du mythe du révolutionnaire au grand cour.

 

- Le Président Johnson décide d'augmenter considérablement le nombre de soldats américains au Vietnam. C'est l'escalade dans la guerre et l'enlisement qui commence.

1968

- Les Etats-Unis s'embourbent chaque jour davantage au Vietnam. L'offensive nord-vietnamienne du Têt constitue le véritable tournant de l'engagement américain au Vietnam. Le candidat à la présidence Nixon sera élu en faisant campagne pour diminuer la présence américaine au Vietnam et parvenir à des pourparlers de paix avec Hanoï.

 

- Le pasteur noir Martin Luther King, de l'église baptiste de Montgomery (Alabama), est assassiné le 4 avril par James Earl Ray à Memphis dans le Tennessee. Engagé dans la lutte contre la ségrégation il est resté célèbre pour son discours "I Have a Dream" dans lequel il décrit un état où Blancs et Noirs sont unis.

 

-La France connaît une crise majeure en mai 68. Les étudiants réfugiés à la Sorbonne sont évacués manu militari. Ceux-ci dressent alors des barricades et tiennent tête aux CRS. Le pouvoir du général De Gaule ne s'en relèvera pas.

 

- Le 6 juin, alors qu'il vient de remporter les élections primaires de Californie lui permettant de devenir le candidat démocrate à l'élection présidentielle, le sénateur américain Robert Kennedy est mortellement touché, à Los Angeles, d'une balle tirée par un jeune Jordanien de 24 ans. C'est la fin de l'ère Kennedy et la fin des illusions de tout un peuple.

 

 

 

 

 

 

 

 

-Le 20 août, l'Union soviétique envahit la Tchécoslovaquie et écrasent le «  printemps de Prague », mouvement en faveur d'une démocratisation de la vie politique du pays.

 

- Coup d'état en Irak. Le général Hassan al-Bakr, à la tête des militants baasistes, organise un coup d'État avec la participation de SADDAM HUSSEIN. Ce dernier prend la tête du Conseil du commandement de la révolution. Ce qui lui permettra d'asseoir sa domination sur les services de sécurité et sur l'armée.

 

1969

 

- A Washington, une manifestation spectaculaire contre la poursuite du conflit au Viêt-nam réunit 250 000 personnes. La colère gronde depuis la révélation faite par le New-York Times du massacre de plusieurs centaines de vietnamiens dans le village de My Lai, au sud du pays, par des soldats US.

 

-Le Conseil Palestinien, réuni au Caire, élit Yasser Arafat, Président de l'OLP. -Suite à un référendum où il se voit désavoué, Charles de Gaule démissionne de la Présidence de la République française, le 28 avril.

 

-Le 21 juillet à 3H56 (heure française), Neil Armstrong, part dans la fusée Apollo 11 sort du module lunaire "Eagle" et pose pour le pied sur la lune. Un quart d'heure plus tard, il sera rejoint par son camarade Edwin "Buzz" Aldrin.

 

-En août, les troupes britanniques débarquent en Ulster pour mettre fin aux manifestations catholiques et protestantes. De violentes émeutes ravagent les villes de Londonderry et de Belfast et ont déjà provoqué la mort de plusieurs personnes. Appelée par le gouvernement de l'Irlande du Nord, l'armée britannique parvient à rétablir le calme mais attise la colère des extrémistes catholiques. Dès lors, les attentats terroristes et les violences ne cesseront plus.

 

-Le 15 août le festival hippie de Woodstock réunit pendant trois jours près de 400 000 personnes pour célébrer l'amour, la paix, la musique. Les plus grandes stars du rock se succéderont sans interruption, bravant la pluie et la boue. Parmi les artistes : Joan Baez, Joe Cocker, Janis Joplin, Santana, The Who, Jimi Hendrix qui y interprétera l'hymne américain.

 

-Le 1° septembre, coup d'Etat militaire en Libye. Le colonel Kadhafi renverse la monarchie et se déclare Commander de la révolution. Il nationalisera les compagnies pétrolières et prônera le retour aux valeurs traditionnelles de l'Islam.

 

 

 

 

 

L'OUEST AMERICAIN HAIGHT - ASHBURY :

LE QUARTIER DES HIPPIES DE SAN FRANCISCO

 

 

C'est à partir du quartier de Haight-Ashbury, en 1967, qu'un mouvement marginal se répandit dans le monde en quelques mois. Héritiers des beatniks, les hippies étaient animés d'un profond sentiment de pacifisme. Allen Ginsberg, Lawrence Ferlinghetti, Ken Kesey en avaient été les initiateurs. Leur doctrine prônait la libéralisation des moeurs et du sexe, le retour aux sources des véritables valeurs humanistes, les expériences à caractère spirituel.

 

La guerre au Vietnam, la musique pop, l'amour libre et le LSD servirent de supports. Scott McKenzie et sa célèbre chanson San Francisco en furent un catalyseur involontaire. De Pâques à juillet 1967, 100.000 jeunes affluèrent vers Haight-Ashbury et le Golden Gate Park pour s'installer dans les superbes demeures victoriennes. A eux s'ajoutèrent curieux, touristes, reporters et policiers, dealers et malfrats.

LE MOUVEMENT DU FLOWER POWER

Les groupes pops jouaient gratuitement ; l'esprit communautaire pourvoyait aux besoins des plus démunis ; tout populaires qu'ils fussent, certains musiciens enrichis par leurs disques vendus dans le monde entier, faisaient profiter cette jeunesse d'un ranch ou d'une propriété où s'installait une communauté. Ce n'était pas du marketing : ils y croyaient ! C'était une effervescence, la foi dans un monde sans guerre, dans la disparition de la société de consommation, dans la puissance de l'amour contre la cupidité : Ginsberg nomma le phénomène flower power.

 

Les commerçants du quartier profitaient de cette manne inespérée et faisaient leur possible pour qu'aucun désordre ne s'installe et que la police n'ait pas à intervenir. Grateful Dead, Jefferson Airplane, Janis Joplin, Jimi Hendrix Jim Morrisson occupèrent l'une de ces magnifiques demeures victoriennes. C'est probablement la seule fois dans l'Histoire du show-business que des vedettes se sont mêlées d'aussi près à leurs fans !

 

 

Mais des organisations criminelles voulurent elles aussi profiter de l'aubaine. En quelques semaines, elles avaient pollué l'esprit bon enfant des hippies : dealers d'héroïne, proxénètes et voyous de toutes espèces furent bientôt au travail, transformant le mouvement de l'amour et de la paix en rendez-vous de la pègre. D'eux-mêmes, les hippies mirent fin à cette situation : certains, groupes pop compris, quittèrent San Francisco pour rejoindre des communautés.. Le mouvement hippie s'évanouit lentement, comme dilué par ses propres victoires, transformées en revendications particulières des indiens, des homosexuels, des écologistes. Ginsberg mourut en 1997. Loin d'en avoir le resplendissement, plus politisés, les anti-mondialistes d'aujourd'hui descendent en ligne directe des hippies.

 

Plus d'infos sur les hippies et l'ouest américain d'aujourd'hui, voir le superbe site : http://www.america-dreamz.com/californie/paysages/san_francisco/haight_ashbury.php

 

UN ART NOUVEAU - LE PSYCHÉDÉLISME

 Le mouvement psychédélique est une dérive de la culture pop. Timothy Leary, psychologue en révolte, fut l'un des instigateurs de la consommation de drogue et notamment du LSD et ce malgré l'interdiction totale aux USA et en Angleterre. Selon lui, la prise de drogue visait à modifier l'état de conscience chez l'artiste créateur. Les visions, les émotions ainsi que les sensations qui résultaient de la prise de LSD  avaient pour but d'ouvrir l'esprit, d'inventer de nouvelles couleurs, de percevoir de nouveaux sons.

 

L'art psychédélique est surtout présent dans le graphisme : bandes-dessinées, affiches, pochettes de disques, posters. Les formes et les couleurs ainsi que les scénarii des BD évoquent des trips hallucinatoires. C'est dans les affiches de concerts rock et les pochettes de disques que les dessinateurs ont pu le mieux s'exprimer. Il est facile à comprendre que la musique pop ait cherché à explorer les pistes qu'offraient les drogues pour trouver de nouveaux sons.

LA MUSIQUE PSYCHÉDÉLIQUE EN AMÉRIQUE ET EN ANGLETERRE

Le terme psychédélique apparaît en 1966 sur la côte ouest des Etats-Unis avec la sortie du disque The Psychedelic Sounds composé par le groupe texan The 13th Floor Elevators. D'autres groupes vont suivre  : Grateful Dead, Quicksilver Messenger Service, The Vanilla Fudge, Jefferson Airplane, Love and Spirit. Jimi Hendrix et les Doors vont suivre l'influence du mouvement et ainsi contribuer à son succès.

 

En Grande-Bretagne, Eric Burdon and The Animals, The Who, les Beatles et même les Rolling Stones vont composer quelques morceaux aux accents psychédéliques. Sans pour autant aller plus loin. On évoquera  I'm the Walrus  et  Lucy in the Sky with Diamonds  des Beatles, tirés de l'album Magical Mystery Tours. Les groupes anglais les plus représentatifs de la musique psychédélique sont les Cream, les Pink Floyd, Yes et, moins connus, les Deviants, Hawkwind et les Pink Fairies.

 

Quant au style musical psychédélique, disons qu'il se singularise par des accords rythmiques à la fois simples et hypnotiques ; les mélodies se veulent répétitives, voire lancinantes. Les distorsions des solos de guitare sont commandés par une  pédale wah-wah. En l'agitant sur le bas des cordes de la guitare, elle délivre un écho qui donne l'impression que l'instrument pleure ou gémit.

 

 

Rédigé par Jean Jième/ 2008

 

 

 

LA MUSIQUE CONNAIT UNE EXTRAORDINAIRE PÉRIODE DE CRÉATIVITÉ

 

 

Les grands titres de 1967

 

Suzanne (LEONARD COHEN) - The letter (BOX TOPS) - Happy Together (THE TURTLE) - The beat goes on / I got you babe (SONNY AND CHER) - San Francisco (SCOTT McKENZIE) - Good Vibrations (BEACH BOYS) - White Rabbit (JEFFERSON AIRPLANE) - All along the / Lay,lady lay (BOB DYLAN) - Strange Brew/ Sunshine of your Love (CREAM) - Friday on my mind (THE EASYBEATS) - Under my thumb (THE ROLLING STONES) - The piper at the gates of down (Album PINK FLOYD) - Day of future passed (Album MOODY BLUES) - Les BEATLES sortent le premier album concept de l'histoire du rock, "Sergeant Pepper Lonely Hearts Club Band". Il est l'un des albums les plus vendus au monde. La même année, le groupe enregistre des maquettes de la chanson "All you need is love" et produit le film "Magical Mystery Tour".

 

Les grands titres de 1968

 

Mrs Robinson (SIMON AND GARFUNKEL) - Daydream / Summer in the city (THE LOVIN SPOONFUL) - California Dreaming (THE MAMA'S AND THE PAPA'S) - Born to be wild (STEPPENWOLF) - On the road again (CANNED HEAT) - Nights in white Satin (THE MOODY BLUES) - Hush (DEEP PURPLE) - Double album blanc (BEATLES) - Jumpin jack flash (THE ROLLING STONES) - Album Beggar's Banquet (THE ROLLING STONES)

 

Les grands titres de 1969

Soul Sacrifice (SANTANA) - I'm going home (TEN YEARS AFTER) - Bird on the wire (LEONARD COHEN) - Album Abbey Road (BEATLES) - Let it bleed (THE ROLLING STONES) - A saucerful of secrets (Album PINK FLOYD)

 

Lire le dossier sur SWINGING LONDON 1966-1968