CHRONIQUE

1960-1965

 

Retour sur la page BIENVENUE

Retour sur l'index de Chronique 60-65

 

GROUPES ANGLAIS

 

Everly Brothers- 1959

 

Rolling Stones Bruxelles 1964

 

Les Beatles et la Belgique

 

Dave Berry à l'Ancienne Belgique 1965

Gene Vincent en Belgique
Bill Haley en Belgique

Rock Around The Clock

 

Les Animals en Belgique (juillet-septembre 1965)

 

Cliff Richard et les Shadows en Belgique - 1964

 

Vince Taylor en Belgique à l'Eldorado 1961-1962

 

Jack Hammer

 

LA FRANCE ET LE ROCK

Radio Luxembourg - Cliff Richard
Johnny Hallyday octobre 1961

Les Chats sauvages et la Belgique

Disco Revue, un magazine de légende
Les orchestres belges au Golf-Drouot
Période yé- yé et Cinéma Nouvelle vague

 

EN BELGIQUE

 

Galas et concerts vedettes - années 1957 -1958 -1959
Rock des années 50

Galeries St-Hubert - La Voix de son Maître - le Blue Note

Secrétariat des Artistes de Jean Martin
Jimmy Morgan, chanteur des sixties

FESTIVALS

 

Festival Guitare d'Or

Ciney 1962-1965

Festival Châtelet 1965

Gouden Micro sept 1965

 

Wolu-City 1965

 

Jazz Bilzen - 1965

 

DANCINGS

Dancings, clubs, boites de nuit avec carte des lieux branchés de Bruxelles - années 1960 - 1970.
Ben - Hur et Récréation
Les Cousins Grand Place
LeBrasseur - Le Rocking Center

Le Relais de la poste -Le Twenty Club (1964)

Côte belge La Panne 1963 Le Clapotis - Belmondo tourne Week-end à Zuydcoote.
 
CHRONIQUE 1960-1965 CHRONIQUE 1966-1972 CHRONIQUE 1973-1980 LES PIONNIERS DU ROCK GROUPES ROCK
BELGES

GRAVÉ DANS LE ROCK BIBLIO - ROCK
NEWS
THE SHAKESPEARES CINEMA - SALLES
COUPS DE FILMS
LIENS
 

EVERLY BROTHERS

17 JANVIER 1959 - AU MARTINI CENTER À BRUXELLES.

13 OCTOBRE 1972 - ROMA - ANVERS.

Une photo rarissime des Everly Brothers au Martini Center le 17 janvier 1959.

 

 

Lundi 23 février 2015 de 23 heures à minuit sur Classic 21, Cool Cats sera dévolu entièrement aux EVERLY BROTHERS !
Walter de Paduwa promet des titres peu connus: ce qu'on attend toutes et tous.
Plutôt que des classiques entendus et réentendus mille fois...

 

 

 

LES EVERLY SONT VENUS À BRUXELLES LE 17 JANVIER 1959.

 

Venant d'Angleterre pour une tournée purement promotionnelle, dans huit pays visités au pas de course en dix jours, avec d'autres vedettes de leur firme Cadence - à savoir Andy Williams et the Chordettes - the Everly Brothers sont passés par le regretté centre Martini place Rogier à Bruxelles !


Il s'agissait de leurs toutes premières apparitions sur notre continent.

 

Le 17 janvier 1959, les Everly Brothers quittent l'Angleterre pour un saut à Bruxelles.

Le 18 ils sont au Martini Center pour une séance photos.

 

On les verra plus tard dans un show diffusé par la BRT, et capté au théâtre Apollo non de Harlem, mais d'Anvers.


Mais les détails précis manquent; en tout cas Andy Williams et the Chordettes étaient également présents.


Il est donc plus que probable que cette émission rejoigne le château aux fantasmes audiovisuels à jamais insatisfaits des fans de Rock and Roll, qui resteront privés à jamais de milliers d'émissions de divers pays où des pointures et des gens moins connus que nous aimons se sont produits sans que leurs passages aient été conservés.

 

Sauf si un miracle se produit, comme pour cet extrait phénoménal de l'émission belge Format 16-20, bien connu des fans désormais mais que l'on crut longtemps perdue, et qui présente en différé l'immense Gene Vincent se déchaînant sur trois titres complets à l'Ancienne Belgique de Bruxelles (accompagné par the Sunlights), le 10 octobre 1963 !


En attendant une très bonne initiative, sur les ondes de Classic 21, avec un hommage pertinent et non formaté à un duo dont l'influence sur la musique rock voire country-rock reste incalculable.

 

Christian Nauwelaers

 

Everly Brothers

 

 

EXTRAITS DE GRAVÉ DANS LE ROCK (chapitre 11) de Piero Kenroll

 

Ainsi, ce 13 octobre 1972, j'ai convaincu mes potes de m'accompagner au ciné Roma à Anvers où passent les Everly Brothers.

 

Everly Brothers - 1957

 

Les Everly Brothers ? Tous en ont entendu parler mais sont un peu trop jeunes pour avoir vécu la décade (de 1957 à 1967) où ils ont aligné une trentaine de hits de part le monde y devenant les plus grands vendeurs de disques après Elvis, les Beatles et Frank Sinatra.

 

Je leur explique que le rôle des Everly dans l'évolution du rock est capital, que la plupart des groupes qui pratiquent les harmonies vocales les citent comme influence, à commencer par les Beatles qui, au début de leur carrière, étaient parfois qualifiés d' « Everly Brothers anglais » ; que Don et Phil Everly ont continué à évoluer musicalement et que John Sebastian, Graham Nash, David Crosby et Delaney and Bonnie ont participé à l'enregistrement de leur dernier album «  Stories We Can Tell » une autre petite merveille.

 

Stories We can tell - 1972

 

Bon : quelques jours avant certains m'avaient accompagné voir Bill Haley (aussi à Anvers) et s'étaient bien amusés, alors ils doivent se dire « Pourquoi pas ces autres vieux pionniers du rock ?  ». C'est un vendredi 13. Ils tentent leur chance… Ils ne vont pas le regretter !

 

Quand les deux « vieux pionniers du rock » montent sur scène, on s'aperçoit que ce sont de jeunes hommes dans la trentaine (ils ont commencé encore gamins) qui ont un charme fou. Les filles de la bande en sont tout glaglagla.

 

Les Everly ont un look tout à fait contemporain, une élégance naturelle, un charisme qui rayonne jusqu'aux derniers rangs de la salle. Ils annoncent leurs chansons avec humour, évoquent un précédent passage en Belgique, présentent leur papa qui fait partie de leurs accompagnateurs et puis, et surtout… Ils chantent.

 

Everly Brothers - 1972

 

Mon Dieu comme ils chantent ! « Dire qu'ils chantent de façon extraordinaire est un terme bien faible. Non seulement la perfection de leurs harmonies est telle qu'on croirait entendre un seul type qui possède deux bouches, mais ils y mettent en plus tellement de sentiment que tout ce qu'on peut faire, c'est en rester baba . »

 

En effet, j'en ai plusieurs autour de moi qui sont bouche bée de stupéfaction. Ils ne savaient pas que c'était possible. Moi-même, qui connaît pourtant la plupart des disques des Everly, je suis secoué par l'intensité de leurs interprétations. C'est tellement fort que pour « Crying In The Rain » j'en ai effectivement les larmes qui me viennent aux yeux. A mes côtés, Chantal commente « Ils sont formidables, non ?  » Un nœud dans la gorge, je réponds « Grouilc ».

 

Dans le mini-bus, sur le chemin du retour, il règne un calme inhabituel. Comme si chacun voulait encore prolonger dans son esprit ce concert merveilleux qui n'a eu qu'un tort : s'achever.

 

Heureusement que nous ne pouvons pas deviner que les Everly vont se séparer quelques semaines plus tard. Ce sera la plus grande catastrophe de 1973 !

 

 

Commentaires :

 

Paul André : " bravo! sans les everly brothers pas de bee gees, pas de beatles et surtout pas de crowded house.... "