CHRONIQUE

1960-1965

 

Retour sur la page BIENVENUE

Retour sur l'index de Chronique 60-65

 

GROUPES ANGLAIS

 

Everly Brothers- 1959

 

Rolling Stones Bruxelles 1964

 

Les Beatles et la Belgique

 

 

Chuck Berry en Belgique

 

Dave Berry à l'Ancienne Belgique 1965

Gene Vincent en Belgique
Bill Haley en Belgique

Rock Around The Clock

 

Les Animals en Belgique (juillet-septembre 1965)

 

Cliff Richard et les Shadows en Belgique - 1964

 

Vince Taylor en Belgique à l'Eldorado 1961-1962

 

Jack Hammer

 

LA FRANCE ET LE ROCK

Radio Luxembourg - Cliff Richard
Johnny Hallyday octobre 1961

Les Chats sauvages et la Belgique

Disco Revue, un magazine de légende
Les orchestres belges au Golf-Drouot
Période yé- yé et Cinéma Nouvelle vague

 

EN BELGIQUE

 

Galas et concerts vedettes - années 1957 -1958 -1959
Rock des années 50

Galeries St-Hubert - La Voix de son Maître - le Blue Note

Secrétariat des Artistes de Jean Martin
Jimmy Morgan, chanteur des sixties

FESTIVALS

 

Festival Guitare d'Or

Ciney 1962-1965

Festival Châtelet 1965

Gouden Micro sept 1965

 

Wolu-City 1965

 

Jazz Bilzen - 1965

 

DANCINGS

Dancings, clubs, boites de nuit avec carte des lieux branchés de Bruxelles - années 1960 - 1970.
Ben - Hur et Récréation
Les Cousins Grand Place
LeBrasseur - Le Rocking Center

Le Relais de la poste -Le Twenty Club (1964)

Côte belge La Panne 1963 Le Clapotis - Belmondo tourne Week-end à Zuydcoote.
 
CHRONIQUE 1960-1965 CHRONIQUE 1966-1972 CHRONIQUE 1973-1980 LES PIONNIERS DU ROCK GROUPES ROCK
BELGES

GRAVÉ DANS LE ROCK BIBLIO - ROCK
NEWS
THE SHAKESPEARES CINEMA - SALLES
COUPS DE FILMS
LIENS
 

DU BEN-HUR À LA RÉCRÉATION

L'équipe de la Récréation. Au centre, le boss, Charlie Loos, qui reprit le Ben-Hur.

 

 

BEN-HUR ET COUSINS... MÊME COMBAT

 

Début des années 60. Deux dancings de la capitale se disputent le leadership des soirées nocturnes de Bruxelles : Les Cousins, tenu par Jean-Paul Wittemans et le Ben-Hur patronné par Julien, alias James Curtis.

 

Le premier est admirablement situé avec vue de son balcon sur la Grand Place et l'autre à quelques encablures dans une petite rue très animée, la rue marché aux fromages.

 

Deux patrons dynamiques qui en veulent, deux styles radicalement différents avec un objectif semblable : rallier l'ensemble de toute la jeunesse dorée bruxelloise.

 

Les deux boss ne s'adorent pas, mais se fréquentent régulièrement et même s'estiment. Ce qui ne les empêche pas de s'espionner l'un et l'autre par clientèle interposée. Mieux vaut savoir ce que mijote le voisin.

Ainsi lorsque Jean-Paul démarre très fort en débusquant l'orchestre Les Cousins qui immortalisera son Club avec Kili Watch, Julien réagit en accueillant chez lui tous les orchestres à la mode du moment.

 

Arrive alors, la bombe du twist ! Une danse phénomène ! Jean-Paul et Julien proposent des soirées époustouflantes où filles et garçons dansent à s'en démettre le bassin. En anglais comme en français, on n'a plus que ce mot à la bouche.

 

Les juke-boxes surchauffés crachent leurs décibels au point qu'on surprend certains fêtards du samedi soir à twister au milieu de la Grand Place.

 

James Curtis and The Madisons

 

Le public des jeunes ne semble nullement désorienté par la proximité des deux dancings. Au contraire, il voyage entre les deux décors ; celui des Cousins aux personnages nouvelle vague peints en noir et blanc sur les murs.

 

Ou encore celui plus viril, plus macho de l'univers de Charlton Heston. Il y a bien sûr les acharnés, les super fidèles, ceux qui n'iront jamais mettre un pied chez l' « autre ». Mais ceux-là ne sont pas légions. Et puis, il y a vraiment de la place pour deux.

Mais le vent tourne, le twist se voit détrôné par le Madison. Cette fois, Julien qui a toujours voulu chanter saute sur l'occasion. D'autant qu'il dispose d'une fort belle voix, tout en puissance.

 

Il réunit d'excellents musiciens, tels que Jo Postula à la guitare solo et l'excellent compositeur Paul Davera qui signera ses meilleurs titres et il crée James Curtis and the Madisons. Le groupe va cartonner avec plusieurs titres, parmi lesquels Madison Go et The Mashed Potatoes Stomp.

 

James Curtis - Julien

 

 

Discographie : Madison-go (instr) / The mashed potato stomp - Decca 26.011 (1962) - Electric call (instr) / Lonely - Decca 26.012 (1962) - EP Madison-go (instr)/The mashed potato stomp/Electric call (instr)/ Lonely -Decca 451.145(1962) - No-No Twist / How long you go? - Decca 26.013 (1962) - Nosidam (instr.) / going to the Ben-Hur (instr.) - Decca 23.353 (1962) - Funny Baby / Little Baby - Decca 23.444 (1963).

 

http://belgarock.blogspot.com/2008/09/james-curtis-madisons-brussel.html

 

EXIT LE BEN-HUR... VIVE LA RÉCRÉATION !

 

René Koot a longtemps travaillé comme garçon aux Cousins. Un jour, il décide de monter en grade. Après un arrangement à l'amiable avec son ancien patron, il traverse la Grand Place, direction le Ben-Hur et se rallie à Julien dont il devient l'associé. C'est René Moerenhoot qui le remplacera auprès de Jean-Paul Wittemans.

 

L'association ne durera pas longtemps, car Julien finit par jeter son dévolu sur un autre établissement, à quelques mètres de la Grand Place et du Brasseur. Ce sera le Golf du Loup. Il continuera à faire travailler de nombreux orchestres rock belges. Charly Deloos entre alors en scène. Il reprend le Ben-Hur avec René Koot. Quelques mois plus tard, le Ben-Hur disparaît au profit d'un autre concept, ce sera désormais La Récréation. René Koot me précise qu'il a participé à l'aventure entre décembre 1960 et 1964.

 

On ne connaît pas l'origine du choix que firent Koot et Loos en baptisant leur nouvel établissement : La Récréation. Mais on peut avoir sa petite idée sur la question. Compte tenu qu'à l'époque pas mal de boites de nuit, cabarets, dancings empruntaient le nom de titres de films de la nouvelle vague française ou de certains films américains.

 

Or une comédie dramatique datant de 1960 porte ce nom. Le film La Récréation fut réalisé par Fabien Collin et François Moreuil. D'après l'oeuvre de Françoise Sagan. Avec la gracieuse Jean Seberg et l'acteur fétiche de Vadim, Christian Marquand.

 

Il est amusant de constater que le futur barman qui sera appelé à travailler à la Récréation portait également le nom de Collin.

 

Le duo fait appel à une nouvelle équipe qui se constituera de Jean-Luc et de Félix pour les garçons de salle, de Charly Collin, au bar, et de Charly Don't à l'entrée.

 

La politique de la direction consistera à inviter le plus souvent possible des vedettes de la chanson, des orchestres anglais ou des chanteurs qui viennent se produire à l'Ancienne Belgique.

 

 

LE TEMPS DES SOIRÉES À THÊMES ET DES VEDETTES

 

 

En outre, de grandes soirées à thèmes sont organisées de manière ponctuelle à la Récréation. Patrons et membres du personnel n'hésitant pas à se déguiser pour créer l'ambiance.

Tuniques, robes et tenues guerrières à la mode romaine semblent marquer la fin de l'époque du Ben-Hur.

 

Charly Loos, le deuxième à partir de la gauche.

Charly Collin à droite de la fille.

Ensuite Georgy, Jean-Luc et un des garcons. (1964)

La Bonne planque est le titre d'un vaudeville interprêté par Bourvil et Pierrette Bruno.

 

Une captation en a été faite au Théâtre du Vaudeville à Bruxelles en 1964 par la RTB. Auteur de la pièce : Michel André dans une mise en scène de Roland Bailly.

 

Bourvil avec comédiens et figurants de la pièce.

 

Une autre soirée, qualifiée de plus spéciale s'est déroulée en novembre 1965.

 

Thème proposé : Soirée Asiatique ... un peu folle

 

Jacques, le patron de l'Esquire a été un des premiers à se plonger dans la folle ambiance. Les musiciens des Babs et des Babettes fréquentaient assidûment son établissement, car il importait ses disques des Etats-Unis. De plus, il avait une sono du tonnerre.

 

Charly Collin, Charly Loos, le patron de l'Esquire.

C'était une soirée de " folles"

 

Fernandel entouré des patrons des Cousins et de la Récréation

 

Claude Francois et les Gam's à la Récréation - 1963 -

 

Au début des années 60, Graziella, Annie, Michèle et Suzie font partie des Djinns qui assuraient les choeurs de Gilbert Bécaud et autres chanteurs français. En 1962, elles décident de former leur propre groupe. Leur nom de scène sera les Gam's (nom formé par la première lettre de leurs prénoms, plus une apostrophe qui ajoute une touche anglaise). Elles interprètent en français les tubes des Ronettes et des Supremes. Le 22 juin 63, elles participent à un méga concert patronné par Salut les Copains, place de la Nation, devant cent-cinquante mille jeunes. Elles feront partie de toutes les tournées d'été des idoles yé-yé de l'époque : Sylvie Vartan, Claude François et tous les autres.

 

 

De g. à d. : Charlie Loos, patron de la Récréation. Eddy Despretz, secrétaire

et accessoirement photographe d'Adamo. Egalement photographe officiel du Martini Center.

Plus tard, il s'occupera de la carrière de Frédéric François.

Un autre patron d'établissement, fidèle de l'émission "Chansons à la carte".

Adamo. Christie, mannequin. Robby, journaliste chez Salut les Copains. (photo J.Jième)

 

Adamo et Christie, mannequin-danseuse des Jess and James

Séance de dédicace (photos J.Jième)

 

 

A quelques mètres de la Récréation, s'installe le Carton, puis le Pol's Jazz Club

dirigé par Pol, un ancien portier. Ce dernier se reconvertit en défenseur acharné

de la cause du jazz en Belgique. La proximité des deux établissements va contribuer

à créer une ambiance dynamique, riche en rencontres intéressantes.

(photo J.Jième)

 

Témoignage de Raoul Morlet :

 

En 63, je travaillais comme batteur chez André Brasseur avec son beau-frère Luc, au tambourin. On était à la Récréation tous les soirs. Alors qu'il prestait à l'Ancienne Belgique, Claude François est venu nous écouter plusieurs fois. A la fin dela semaine, il a proposé à André de nous engager pour sa tournée. Mais il a refusé, car il ne voulait rester fidèle à son style de musique : le jazz et le blues. On a également joué au Golf du Loup et puis Pol a ouvert le Carton et puis la Cartonerie, rue de l'Escalier. On y était quatre à cinq fois par semaine.

 

The Shakespeares : Alan Escombe et Martin Pigot - Le portier " Louis Desalm et Christie (photo J.Jième)

 

 

Valérie Pascal et Gregorio Giannuzzi, musicien des Challengers

 

 

 

Remerciements à Charly Collin, ancien barman de la Récréation qui m'a aidé à constituer ce dossier.

 

 

 

Voir : Les Shadows et les Godasses Vertes à la Récréation