CHRONIQUE 1966- 1972

 

Retour sur la page BIENVENUE

Retour sur l'index de Chronique 66-72

 

AGENDA DES CONCERTS

Agenda des concerts rock

en Belgique - Année 1968

 

Agenda des concerts rock en Belgique - Année 1969

 

Agenda des concerts rock en Belgique - Année 1970

 

Agenda des concerts rock en Belgique - Année 1971

 

Agenda des concerts rock

en Belgique - Année 1972

 

FESTIVALS

Pop-Event à Deurne Arena 21 juin 1969

Festival Jazz Bilzen 1966

Festival Jazz Bilzen 1967

Festival Jazz Bilzen 1968

 

Festival Jazz Bilzen 1969

 

Festival Jazz Bilzen 1970

 

Festival Jazz Bilzen 1971

 

Festival Jazz Bilzen 1972

 

 

Festival de Châtelet 1966

 

Festival de Châtelet 1967

 

Festival de Châtelet 1968

Free Show Wolu Shopping Center - juin 1971

Free Show Wolu Shopping Center - octobre1971

 

Festival Actuel -Amougies

- Mont de l'Enclus 1969

 

Pop Hot Show 1 du 6 novembre 1969- Salle de la Madeleine

 

Pop Hot Show 2 du 20 décembre 1969 -Salle Newton

 

Pop Hot Show 3 du 7 mai 1970 -Moustier sur Sambre

 

Pop Hot Show 4 des 17 -18 mai 1970- Trazegnies

 

Pop Hot Show 5 du 5 septembre 1970 - Huy-Andenne

 

Cocoripop Charleroi 1971

 

Pop Circus 30 avril 1972 à Liège

 

Festival Guitare d'Or Ciney 1966 -1968

 

Festival Guitare d'Or

Ciney 1969 -1971

Rac Pop Festival 69

 

Le parapluie des vedettes

Huy 1967 - 1968

 

Island Show - Londerzeel octobre 69

 

Festival Ile de Wight

août 1970

 

Festivals à Jemelle 1969-1973)

 

Wolu City 1966 -1967-1968

 

Festival - en France

Seloncourt 18 et 19/9/1971- Pete Brown

 

GROUPES ÉTRANGERS

 

Rolling Stones Bruxelles 1966

 

Rockstars 1966-1969 in Belgium-Holland-England

 

Rockstars 1970-1972 in Belgium-Holland-England

 

Kinks en Belgique 1966

 

Who en Belgique 1967

 

Jimi Hendrix en Belgique 1967

 

Mike Stuart Span 1968

 

Fleetwood Mac en Belgique 1970

 

Genesis en Belgique 1971-72

 

Everly Brothers Roma 1972

 

Hollies et Move à Gand au Sportpaleis en 1969

 

Pink Floyd Belgique - Théâtre 140

 

Spencer Davis Group en Belgique

 

Théâtre 140 - 36Hr underground -Yes -Ten Years After - Nice

 

Tremeloes - Festival Ciney 1971

 

Cliff Richard - Marvin, Welch, Farrar -Olivia Newton-John -Anvers 1971

 

Jethro Tull - Belgique 1972

 

Golden Earring en Belgique 1971-1973

Wings - Roma 1972

DANCINGS

 

Dancings sur la côte belge - années '60

 

Wallace Collection 1968 Répétitions aux Gémeaux

 

Dancing Le Grenier Antre du rock

 

Cheetah Club, temple du rock

 

Discothèque Les Gémeaux

 

Club Dancing Le Puzzle

 

Ferme V. Story - 1965-1974

 

Le Pop and Soul

 

SALLE SPECTACLE

 

Palais des Beaux-Arts s'ouvre au rock - 1970

 

MEDIA

 

British Week à Bruxelles - 1967.

 

Culture Pop : Mersey Beat Années Hippies Flower Power - Psychedelisme.

 

Swinging London années 60

 

Show-Biz en Belgique dans les années 60

 

Pop Shop - Émission rock RTB - 1970-1973

 

Filles des années 60 - Models sixties

CHRONIQUE 1960-1965 CHRONIQUE 1966-1972 CHRONIQUE 1973-1980 LES PIONNIERS DU ROCK GROUPES ROCK
BELGES

GRAVÉ DANS LE ROCK BIBLIO - ROCK
NEWS
THE SHAKESPEARES CINEMA - SALLES
COUPS DE FILMS
LIENS
 

 

LE QUATRIÈME POP HOT SHOW

AU CHÂTEAU DE TRAZEGNIES

17 et 18 MAI 1970

(raconté par Jean Jième)

 

 

Jean Jième : Pendant que Paul André et moi travaillions au booking des artistes destinés à passer au Pop Hot Show de Moustier-sur-Sambre, nous avions reçu un appel d'un certain Monsieur Toffi qui faisait partie du comité du Chateau de Trazegnies.

 

Ce quinquagénaire particulièrement dynamique s'était mis en tête d'organiser à son tour un festival. Décidément, la région de Charleroi semblait se réveiller.

 

 

Monsieur Toffi nous demanda de pouvoir présenter son festival, qui devait durer deux jours, sous le label d'un nouveau Pop Hot Show. De la sorte il pouvait compter sur l'appui de Télé-Moustique, de Piero Kenroll et de ses troupes. Précaution indispensable pour ameuter les jeunes de Bruxelles et de sa région.

 

Nous avons accepté de jouer le jeu à la condition qu'il engage des groupes belges en plus des artistes anglais. Aussitôt dit, aussitôt fait.

 

 

Le public sous la tente du chapiteau de Trazegnies (photo de Steve Laios)

 

*

 

Lieu : à treize kilomètres de Charleroi, à proximité du château de Trazegnies.

Cadre : le spectacle se déroule sous chapiteau.

Commodités : un local du chateau sera mis gratuitement à la disposition

de ceux qui voudront dormir sur place.

Prière d'emporter un matelas pneumatique et un sac de couchage.

 

*

UNE PROGRAMMATION CASSE-TÊTE

 

YES SE SÉPARE

 

Yes

 

Jean Jième : L'organisateur voulait absolument engager le Yes (*) une valeur sûre du moment. Tout de suite, nous nous sommes adressés à l'agence du groupe, qui nous a donné son accord de principe... sans nous dire que Peter Banks était sur le point de quitter le groupe.

 

Stupéfaction ! Quelques jours plus tard, Roy Flynn, leur manager, nous confirmait la nouvelle en ces termes : Le groupe et Peter ont constaté que leur musique ne progressait plus. Aussi ont-ils décidé de chercher du neuf chacun de leur côté.

 

JUDAS JUMP DÉCLARE FORFAIT

 

Judas Jump

 

 

Jean Jième : Nous avions également vanté les mérites de Judas Jump, que nous avions booké le 1° mai dernier à Gand au Sport Paleis Pateas. Ceux-ci ont dit oui, puis ont tourné jaquette.

 

Ce plateau tournait au cauchemar. Ce n'est jamais bon signe lorsque les groupes annoncés sont remplacés par d'autres. Ça cause un tort considérable à la promo. Les spectateurs ont l'impression qu'on se fiche de leurs têtes. Et les agences pâtissent d'une réputation qu'elles ne méritent pas.

 

À cette époque Messieurs les Anglais avaient tout à dire. Ils pouvaient renoncer à un contrat quelques semaines avant un gala. De plus, ils exigeaient que la moitié de leur cachet leur soit versée à Londres, avant leur venue.

 

Nous devions trouver une solution en engageant rapidement deux têtes d'affiche dignes de ce nom. Pour le dimanche 17 mai, le choix s'est finalement porté sur Wild Angels.

 

L'agence artistique de Yes, honteuse du mauvais coup qu'elle nous avait porté, nous consentit un prix d'ami pour pouvoir les engager.

 

Pour le second soir, le lundi 18, après un coup de fil avec Blackhill Enterprises, nous convînmes de signer avec The Edgar Broughton Band.

 

Quant aux Judas Jump, ils furent aisément remplacé par quatre jolies suédoises au nom romantique de Rainy Day Woman.

 

 

(*) Nous aurons notre revanche le 4 septembre 1970. Le Yes viendra à Huy pour le cinquième et dernier Pop Hot Show.

 

 

WILD ANGELS

(Télémoustique N° 2311)

 

Wild angels Pop hot show

Wild Angels

 

Wild Angels est un groupe étonnant groupe de rockers. Étonnant est un mot bien faible, car enfin à époque de l'underground et de la musique progressive réussir à s'imposer en jouant Long Tall Sally et Let's Get Together, il faut le faire !

 

Le secret ? Le dynamisme du groupe, son authenticité. Ce sont des gars qui croient vraiment en leur musique. Et puis il y a aussi le fait qu'après tout, c'est avec le rock que tout a commencé. Si les amateurs de free-jazz ne dédaignent pas le dixieland, il n'y a pas de raison que ceux qui aiment la musique heavy oublient, que sans des gens comme Presley et Little Richard, ils ne seraient pas là. Le rock and roll pur est dépassé, c'est vrai ; mais il n'est pas mort. Les Wild Angels en sont la preuve éblouissante.

Que dire de plus à leur sujet ? Que sur scène, c'est du délire ? C'est vrai que Mal Gray, le chanteur du groupe, a été contacté par Hollywood pour tourner un film sur la vie d'Eddie Cochran ? C'est arrivé la semaine passée. Qu'ils ont accompagné Gene Vincent au cours de sa tournée anglaise ? Qu'ils étaient au même programme que Bill Haley à l'Albert Hall ? Tout ça ne vaudra pas le meilleur conseil : allez les voir sur scène.


En Angleterre, où ils ont la cote d'amour pour le moment, leur premier album, Live at the revolution est dans les meilleures ventes. Polygram-Philips hésite encore à le distribuer en Belgique. Espérons qu'après Trazegnies ils changeront d'avis.


Formé en 1967, le groupe comprend : Mal Gray (chanteur), John Hawkins (soliste), Rod Cotter (bassiste), Bob O'Connor (batterie) et Bill Kingston (piano).

 

EDGAR BROUGHTON BAND

(Télémoustique N° 2311)

 

C'est le plus sauvage des groupes "underground" anglais. Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est le meilleur sur scène, mais il n'en est pas loin.

 

Je les ai vus en première partie du concert gratuit du Blind Faith, à Hyde Park, l'année passée. C'est impressionnant. Edgar Broughton Band est le guitariste soliste et le chanteur qui possède deux voix différentes, ce qui donne des résultats assez surprenants.

 

Il est accompagné à la batterie par son "petit" frère, qui est à peine moins énorme que lui. Il a aussi un bassiste, qui m'a semblé être son souffre douleur sur scène, car il a essayé à plusieurs reprises de le descendre à coup de guitare.

 

La chanson choc d'Edgard et aussi le titre de son dernier simple, c'est Out ! Demons, out ! (Dehors ! Démons, dehors!). Il invite le public à crier out avec lui. Ce n'est pas de l'exorcisme, mais une espèce de protestation contre les maux de la société.


Le premier long playing de l'Edgard Broughton Band est disponible depuis pas mal de temps sous la marque Harvest ; il s'intitule Wasa Wasa et il vaut la peine d'être entendu.

 

 

Edgar Broughton Band rock in Belgium

Edgar Broughton Band

COMPTE-RENDU DU DIMANCHE 17 MAI

(Télémoustique N° 2313)

FOUR OF CLUBS - LIVE - BURNING PLAGUE

C'est le Four of Clubs qui a ouvert le show. C'est un bon groupe flamand, qui est né de la dissolution du Brain Cancer dont se souviennent peut-être ceux qui ont assisté au premier Pop Hot Show.

 

C'est meilleur que le Brain Cancer, d'ailleurs. Alex Erauw, le chanteur soliste, possède beaucoup de personnalité. Toutefois, si les compositions du groupe sont intéressantes, elles devraient être plus travaillées. Peut-être un rien moins brèves.

 

 

Live Trazegnies

Live

 

Le Live interpréta son répertoire habituel, qui commence à être familier à ceux qui courent les spectacles en Belgique. Un morceau ressort particulièrement : Walk On. Le Live est une formation sûre, agréable à entendre, et son sympathique et pittoresque bassiste, le poids lourd du groupe, est vraiment le champion de la décontraction.

 

Il y a actuellement en Belgique quatre groupes qui montent en flèche.

 

 

On ne peut pas dire que le Pop Hot Show n'est pas le reflet de l'actualité. Ils étaient là tous les quatre.

Le premier, c'est le Burning Plague, qui commence à avoir une popularité incroyable auprès des amateurs de blues. Ses membres ont profité de ce qu'il y avait un piano sur scène pour démontrer que ce n'est pas seulement à la guitare qu'ils vous en mettent plein le tuyau acoustique.

 

Michael Heslop - Burning Plague

photo Steve Laios

 

 

 

 

Burning Plague (photo Steve Laios)

TUCKER ZIMMERMAN - CARRIAGE COMPANY - FRISWA

 

Intermède imprévu, un chanteur américain : Tucker Zimmerman. Il réside en Belgique, et ses talents méconnus ont besoin de publicité. Le P. H. S. lui donnait une magnifique occasion. Il s'accompagne à la guitare sèche, et il s'en est tiré à son avantage au milieu de cette débauche de sons électriques.

 

Le Carriage Company est vraiment parfaitement au point, et il peut rivaliser avec de nombreux groupes anglais. Ce qu'il va faire, d'ailleurs. Le mois prochain, il part en tournée en Angleterre.

 

Leur chanteur Phil Greenslade venant récemment de quitter le groupe, Carriage se présentera pour la première fois sur scène avec leur nouveau chanteur. Ce sera donc un rendez-vous important avec le public belge.

 

Autre intermède imprévu. On était en avance sur l'horaire, le croiriez-vous ?


Un guitariste seul. Il est grand, il a l'air méchant, s'assied tranquillement sur une chaise, bat la mesure du pied, et c'est parti…

 

C'est Big Friswa, le soliste du Jenghiz Khan qui dévoile ainsi pour la première fois en public un de ses atouts.

 

Il joue du blues, mais il l'agrémente d'imitations. Avec les cordes de sa guitare, il reproduit tour à tour différents sons : une horloge, un carillon, un avion, un bateau un train.

 

Big Friswa

 

Ovation.

 

Diaboliquement, alors qu'il quitte la scène, ayant fait son petit effet, j'annonce : «  Il y en a quatre comme lui dans Jenghiz Khan ! ». La rumeur est lancée : Jenghiz Khan . Ce doit être quelque chose !

 

 

 

Annoncé dans Télémoustique, le Judas Jump splitte avant le show.

ROCK D'ENFER AVEC WILD ANGELS

Wild Angels Belgium

Mal Gray - Wild Angels ( photo Jamin)

 

 

Le Judas Jump n’a pas respecté ses engagements. Qu'il ne compte plus sur nous pour lui faire des faveurs. Il fut remplacé par un groupe suédois... féminin ! Quatre jolies filles : Rainy Day Woman. Charmant spectacle. Malheureusement leur ramage n'était pas à la hauteur de leur plumage. Soyons indulgents pour le sexe faible : je leur fais une grosse bise à défaut de réclamer un bis.

 

Et ce furent les Wild Angels ! Mamma mia! Un certain moment, j’ai cru que le chapiteau allait s’effondrer. Quel bazar ! On vous l’a déjà dit, c'est du rock, du vrai, du pur. La plupart des  classiques  y ont passé  Summertime Blues, Long Tall Sally, Jailhouse Rock, Rock around the clock, Be Bop a Lula etc...

 

Tous les clichés du jeu de scène des chanteurs de rock étaient là aussi. Le chanteur qui monte sur le piano, le pianiste qui joue avec ses pieds, le bassiste sur les épaules du chanteur, le batteur debout sur ses drums, le soliste couché sur le dos.

 

La réaction du public fut la plus délirante qu'il m'ait été donné de voir depuis des années : une émeute. Il y avait des gars en équilibre sur la barrière qui protégeait la scène.

 

Laquelle fut rapidement envahie. Des filles hurlaient comme si elles étaient possédées. Un certain moment, seul le bruit des spectateurs tapant dans les mains accompagnaient Mal Gray, le chanteur du groupe, puis c'était à nouveau le délire.

 

Wild Angels Pop Hot Show 4

Mal Gray, chanteur des Wild Angels (photo Jamin)

 

Le plateau des deux journées avait vraiment de la gueule. Mais malgré toute sa bonne volonté, alliée aux efforts de la presse, l'organisateur Toffi n'a pas pu réunir le nombre de spectateurs requis. Est-ce parce que Yes, qui devait être de la fête s'est désisté ?

 

Ceci dit l'ambiance a pourtant été du tonnerre. Les Wild Angels ont vraiment cassé la baraque. Et le Edgar Broughton Band, égal à lui-même, a fait flipper les filles carolos par leur musique et leur jeu de scène très hard.

 

COMPTE-RENDU DU LUNDI 18 MAI

(Télémoustique N° 2313)

VACATION - DOCTOR DOWN TRIP -KLEPTOMANIA



 

Il y avait un peu plus de monde le lundi. Mais moins de groupes. Toutefois il y a eu une révélation : Vacation. Peut-être le groupe le plus « in » de Wallonie. Ils ont parfaitement assimilé la musique  heavy.Ce qui leur manque, c'est un rien de personnalité.   Ils devraient se limiter à leurs propres compositions.

 

Vacation © Steve Laios

 

DOCTOR DOWNTRIP a un disque qui marche bien Gravitation. Ses musiciens sont sympathiques et pleins de bonne volonté. Mais ça ne suffit pas. Pour se lancer dans leurs interminables passages instrumentaux, il faut avoir une habileté qu'ils n'ont pas encore. Ça viendra peut-être, mais pour le moment, un peu moins de trucs commerciaux et plus de recherche seraient les bienvenus.

 

 

Doctor Down Trip

 

KLEPTOMANIA, un de ces quatre groupes qui montent, a abandonné son chanteur hollandais. Il a bien fait. C'est beaucoup plus spontané à quatre, les gars.

 

Kleptomania rock belge

Kleptomania

 

CES DIABLES D'EDGAR BROUGHTON BAND

EDgar Broughton Belgium

 

The Edgar Broughton Band

 

Edgar Broughton est un personnage étrange. Le style bon géant. Il est grand, fort, et il a une voix de baryton assez guturale. Son leitmotiv, c'est freedom (liberté).

 

 

Il est accompagné dans ses hurlements par son bassiste, tandis que son frère, à la batterie, martèle ses caisses comme un possédé.

 

Impressionnant. Quant à la qualité musicale... Il y avait certains passages où ça ne "collait" pas bien, mais c'était probablement dû au fait qu'il y avait beaucoup d'improvisations. Improvisations qui d'ailleurs débouchaient sur des thèmes connus tels Whole Motta Love et Dacchau Blues (du Captain Beefheart).

 

Le groupe devait être en forme, car il joua plus longtemps que prévu, à la grande satisfaction de l'assistance, laquelle se joignit à lui pour le morceau final : Out, Démons, Out.

 

En résumé point de vue musical, des tas de choses intéressantes point de vue public, le grand enthousiasme de ceux qui étaient présents. Mais n'y a-t-il que deux mille jeunes qui soient dans le coup dans la région de Charleroi ?

 

DÉCOUVREZ TOUS LES POP HOT SHOWS