CHRONIQUE 1966- 1972

 

Retour sur la page BIENVENUE

Retour sur l'index de Chronique 66-72

 

AGENDA DES CONCERTS

Agenda des concerts rock

en Belgique - Année 1968

 

Agenda des concerts rock en Belgique - Année 1969

 

Agenda des concerts rock en Belgique - Année 1970

 

Agenda des concerts rock en Belgique - Année 1971

 

Agenda des concerts rock

en Belgique - Année 1972

 

FESTIVALS

Pop-Event à Deurne Arena 21 juin 1969

Festival Jazz Bilzen 1966

Festival Jazz Bilzen 1967

Festival Jazz Bilzen 1968

 

Festival Jazz Bilzen 1969

 

Festival Jazz Bilzen 1970

 

Festival Jazz Bilzen 1971

 

Festival Jazz Bilzen 1972

 

 

Festival de Châtelet 1966

 

Festival de Châtelet 1967

 

Festival de Châtelet 1968

Free Show Wolu Shopping Center - juin 1971

Free Show Wolu Shopping Center - octobre1971

 

Festival Actuel -Amougies

- Mont de l'Enclus 1969

 

Pop Hot Show 1 du 6 novembre 1969- Salle de la Madeleine

 

Pop Hot Show 2 du 20 décembre 1969 -Salle Newton

 

Pop Hot Show 3 du 7 mai 1970 -Moustier sur Sambre

 

Pop Hot Show 4 des 17 -18 mai 1970- Trazegnies

 

Pop Hot Show 5 du 5 septembre 1970 - Huy-Andenne

 

Cocoripop Charleroi 1971

 

Pop Circus 30 avril 1972 à Liège

 

Festival Guitare d'Or Ciney 1966 -1968

 

Festival Guitare d'Or

Ciney 1969 -1971

Rac Pop Festival 69

 

Le parapluie des vedettes

Huy 1967 - 1968

 

Island Show - Londerzeel octobre 69

 

Festival Ile de Wight

août 1970

 

Festivals à Jemelle 1969-1973)

 

Wolu City 1966 -1967-1968

 

Festival - en France

Seloncourt 18 et 19/9/1971- Pete Brown

 

GROUPES ÉTRANGERS

 

Rolling Stones Bruxelles 1966

 

Rockstars 1966-1969 in Belgium-Holland-England

 

Rockstars 1970-1972 in Belgium-Holland-England

 

Kinks en Belgique 1966

 

Who en Belgique 1967

 

Jimi Hendrix en Belgique 1967

 

Mike Stuart Span 1968

 

Fleetwood Mac en Belgique 1970

 

Genesis en Belgique 1971-72

 

Everly Brothers Roma 1972

 

Hollies et Move à Gand au Sportpaleis en 1969

 

Pink Floyd Belgique - Théâtre 140

 

Spencer Davis Group en Belgique

 

Théâtre 140 - 36Hr underground -Yes -Ten Years After - Nice

 

Tremeloes - Festival Ciney 1971

 

Cliff Richard - Marvin, Welch, Farrar -Olivia Newton-John -Anvers 1971

 

Jethro Tull - Belgique 1972

 

Golden Earring en Belgique 1971-1973

Wings - Roma 1972

DANCINGS

 

Dancings sur la côte belge - années '60

 

Wallace Collection 1968 Répétitions aux Gémeaux

 

Dancing Le Grenier Antre du rock

 

Cheetah Club, temple du rock

 

Discothèque Les Gémeaux

 

Club Dancing Le Puzzle

 

Ferme V. Story - 1965-1974

 

Le Pop and Soul

 

SALLE SPECTACLE

 

Palais des Beaux-Arts s'ouvre au rock - 1970

 

MEDIA

 

British Week à Bruxelles - 1967.

 

Culture Pop : Mersey Beat Années Hippies Flower Power - Psychedelisme.

 

Swinging London années 60

 

Show-Biz en Belgique dans les années 60

 

Pop Shop - Émission rock RTB - 1970-1973

 

Filles des années 60 - Models sixties

CHRONIQUE 1960-1965 CHRONIQUE 1966-1972 CHRONIQUE 1973-1980 LES PIONNIERS DU ROCK GROUPES ROCK
BELGES

GRAVÉ DANS LE ROCK BIBLIO - ROCK
NEWS
THE SHAKESPEARES CINEMA - SALLES
COUPS DE FILMS
LIENS
 

LA BRITISH WEEK À BRUXELLES

29 SEPTEMBRE - 7 OCTOBRE 1967

Affiche de Julien Keymolen

 

Place de Brouckère avec les autobus à impériale - 6 octobre 1967.

 

BRUXELLES À L'HEURE ANGLAISE.

Il arrive que les arbres cachent la forêt...
La « British Week » (une semaine qui, avec ses préludes et ses prolongements, en vaut presque deux...) nous vaut à Bruxelles, même dans le seul domaine du spectacle, un tel afflux de manifestations annoncées isolément ou par séries, que l'on risque de s'y perdre et de manquer des choses particulièrement intéressantes.


Officiellement, la semaine s'inaugure à l'Opéra National par la visite du « Sadler's Wells Opera », qui présentera, avec ses effectifs propres, deux oeuvres majeures, que l'on n'avait guère entendues en Belgique jusqu'ici. « Gloriana », de Benjamin Britten, créé en 1953 à Covent Garden pour les fêtes du couronnement d'Elisabeth II, évoque dramatiquement la vie d'Elisabeth I et n'avait plus été monté depuis 1954 lorsque le « Sadler's Wells » le fit remettre en scène en novembre de l'année dernière par Colin Graham.

 

Les représentations de Bruxelles seront dirigées par Marin Bernardi avec, dans les rôles principaux Sylvia Fisher, John Wakefield, Shirley Chapman, Gerwyn Morgan, Milla Andrew et Eric Stannard. On considère « Gloriana » en Angleterre comme l'une des plus riches partitions de Britten.

 

Quant à « From the House of the Dead (Souvenirs de la Maison des Morts), que Leos Janacek a tiré lui-même de l'œuvre (partiellement autobiographique) de Dostoïewsky, et qui sera également mis en scène par Colin Graham, etc dirigé musicalement par Roderick Brydon (avec Neil Easton, Margaret Neville, Jon Andrew, Gregory Dempsey, Denis Dowling, etc...), c'est l'ultime des dix opéras écrits par le grand compositeur morave encore si méconnu.

 

Il l'acheva peu avant sa mort en 1928 et ne le vit jamais à la scène (création en 1930). Dans un langage musical extraordinairement moderne et personnel, Janacek y traduit intensément un drame qui, dès 1850, évoque l'univers concentrationnaire de la dernière guerre ; et cela avec une grandeur et une chaleur humaine qui ne peut laisser personne indifférent.


Aux Beaux-Arts, les deux représentations en langue originale de «Roméo et Juliette », par le « National Youth Theatre », qu'anime Michael Croft, apporteront un parfait exemple de la façon dont les jeunes comédiens et réalisateurs britanniques conçoivent un Shakespeare à la fois fidèle à son époque et éternel dans ses thèmes d'inspiration.

 

Les amateurs de musique n'auront garde de manquer le concert donné le 5 octobre par le London Symphony Orchestra, sous la direction d'Istvan Kertesz, et avec le concours d'une des plus remarquables cantatrices britanniques actuelles : Janet Baker.

 

La princesse Margaret à Bruxelles.

 

 

Outre les « Variations et fugue sur un thème de Purcell » de Britten, et la Symphonie n° 4 de Brahms, on y entendra l'un des plus hauts chefs-d'oeuvre de Mahler les poignantes «Kindertotenliedern ».


Sans entrer dans le détail du copieux programme, il convient de souligner que la série « Modern British Theatre and Poetic Show » que patronne « Kunst- en Cultuurverbond » est de loin le panorama le plus complet et le plus attachant, jamais proposé à Bruxelles, du jeune théâtre britannique, dans ses manifestations les plus typiques, les plus actuelles : celles qui permettent le mieux de juger de l'influence qu'il exerce sur l'art dramatique contemporain. Il est impossible de détacher un titre des six spectacles annoncés ; tous ont leur physionomie et leur importance.


Enfin, il serait injuste de ne pas rattacher à la Semaine Britannique le spectacle « Humour et Pop Music au Marquee Club de Londres » que nous propose, pour sa réouverture, le Théâtre 140. Manfred Mann est une des vedettes anglaises les plus populaires de l'heure : son groupe, Denny Laine et Sandy Danny constituent un parfait exemple de ce que l'Angleterre actuelle apporte à l'art populaire du music-hall, qui reste — on l'oublie trop souvent — l'art des grandes foules.

Extrait d'un article paru à l'époque.

 

La princesse visite une boutique de fringues à l'heure anglaise.

MUSIQUE POP AVEC THE SHAKE SPEARS

Septembre 1967. Le centre de Bruxelles et particulièrement la rue Neuve et les grands boulevards sont à la fête. Les commerçants et responsables des grands magasins se sont associés pour organiser une grande braderie en l'honneur du savoir faire britannique en matière de mode, de musique etc...

 


The Shake Spears rue Neuve - octobre 1967 © J.Jieme

 

 

Pour promotionner les amplis et guitares de la marque Burns, le Bon Marché a fait appel aux Shake Spears. Ceux-ci prestent chaque après-midi durant une heure devant un public de jeunes teenagers.

 

 

Les Shake Spears jouent sur Burns © J.Jieme

 

 

LORD SNOWDON EN VISITE AU BON MARCHÉ

OCTOBRE 1967

 

Lord Snowdon serre la main de Martin Clarke et d'Alan Escombe © J.Jieme

 

 

Pour patronner l'événement, la ville de Bruxelles a invité la soeur de la Reine Elizabeth d'Angleterre, la Princesse Margaret ainsi que son époux Lord Snowdon.

 

Lire la biographie complète des Shake Spears

 

 

Lors de son passage au Bon Marché, Lord Snowdon effectua une petite visite de courtoisie au stand Burns et fut surpris d'y rencontrer des ressortissants anglais. Alan et Martin eurent une brève conversation avec lui et lui demandèrent s'il passait du bon temps à Bruxelles ?

 

- Confidentiellement, répondit le Lord, je m'ennuie plus qu'autre chose.

- Alors, pourquoi ne viendriez-vous pas nous voir jouer aux Cousins, Grand-Place ? Nous y serons ce soir.

 

Lord Snowdon se mit à rire et murmura discrètement qu'il essayerait bien de venir s'il parvenait à échapper à l'attention de sa femme et de ses gardes du corps.

 

MUSIQUE POP AVEC MANFRED MANN

1° OCTOBRE 1967 - THÉATRE 140

 

Michael d'Abo et Tom McGuiness - Théâtre 140 - 1er octobre © jHdg

 

Pour participer à la fête, le Théâtre 140 se met à l'heure anglaise à son tour. En ouverture de programme il y avait Sandy Denny,( la future chanteuse de Fairport Convention), qui s'accompagnait seule à la guitare acoustique. Elle interpréta Who Knows Where The Thre Time Goes.

 

Lui succéda le Denny Laine's Electric String Band, groupe de rock expérimental avec violons ( bien avant l'Electric Light Orchestra). Son batteur était Viv Prinve, ex-Pretty Things.

 

Manfred Mann et Klaus Voorman au Théâtre 140 © jHdg

 

C'était l'époque de Ha Ha Said The Clown. Le bassiste Klaus Voorman avait été le concepteur de la pochette de l'album Revolver des Beatles. Seul Mike Hugg, le batteur du groupe n'apparaît pas sur les deux photos.

 

La British week s'achève sur un spectacle donné sur la Grand-Place de Bruxelles.

 

 

 

UN SUCCÈS SANS PRÉCÉDENT

 

La « British Week » est donc terminée apres avoir connu un succès que même les plus optimistes de ses organisateurs n'avaient osé espérer. Il est d'ailleurs certain qu'en dépit des liens d'amitié qui unissent la Belgique à beaucoup d'autres nations, aucune de celles-ci n'aurait pu espérer rencontrer une telle sympathie auprès du public belge, bruxellois en particulier.


Les jeunes, qui ont participé également à l'euphorie, ont souvent été surpris de l'enthousiasme que mettaient leurs parents, sinon bon-papa et bonne-maman, à se lancer dans la « semaine britannique ».

 

Il a fallu leur expliquer les folles journées de septembre 1944 quand les forces anglaises libérèrent Bruxelles. Car c'est de cela que s'est souvenu le Bruxellois tout au long de la « British Week » et c'est pourquoi il a fait une telle fête aux « Life, Irish » et autres Guards de 1967. S'il en avait les pouvoirs, ce même Bruxellois faciliterait l'entrée de la Grande-Bretagne au sein du Marché Commun.


Pendant toute la durée de son séjour bruxellois, la princesse Margaret a pu mesurer combien était grande l'amitié qui unit la Belgique à la Grande-Bretagne.

 

 

Les photos et les textes ont été extraits d'un article intitulé "La vie du spectacle"

"Bruxelles à l'heure anglaise".