CHRONIQUE 1973- 1980

 

Retour sur la page BIENVENUE

 

Retour sur l'index de Chronique 73-80

 

AGENDA CONCERTS ROCK BELGIQUE

en 1973
en 1974
en 1975
en 1976
en 1977
en 1978
en 1979
en 1980

FESTIVALS

 

Bilzen 1973

Bilzen 1974
Bilzen 1975
Bilzen 1976
Bilzen 1977
Bilzen 1978
Bilzen 1979
Bilzen 1980

Torhout-Werchter 1978

 

GROUPES ANGLAIS

 

Alice Cooper en Belgique 1975

 

Blue Oyster Cult Belgique -1975

 

Boomtown Rats

 

David Bowie - 1978

 

Genesis-Belgique 1973-80

 

Led Zeppelin - Belgique 1975-80

 

Little Richard- Forest 1975

 

Marvin Gaye à Ostende

 

Neil Young - Belgique 1976

 

Pink Floyd - Belgique 1977

 

Rolling Stones en Belgique - octobre 73

 

Rockstars 1973-1974 in Belgium-Holland-England

 

Rockstars 1975-1976

in Belgium_Holland-England

 

Rockstars 1977-1980

in Belgium_Holland-England

 

Talking Heads en Belgique 1978

 

Uriah Heep en Belgique

 

Vince Taylor, la fin d'une idole -années 80

 

TEMPLE DU ROCK

 

Rockin'Club Forest 1977

 

MÉDIAS

 

Folllies émission télé RTBF - 1973

 

ROCK ANNÉES 70 par Piero

 

Gravé dans le Rock

L'ouvrage de Piero Kenroll en 17 chapitres

 

 

CHRONIQUE 1960-1965 CHRONIQUE 1966-1972 CHRONIQUE 1973-1980 LES PIONNIERS DU ROCK GROUPES ROCK
BELGES

GRAVÉ DANS LE ROCK BIBLIO - ROCK
NEWS
THE SHAKESPEARES CINEMA - SALLES
COUPS DE FILMS
LIENS
 

LITTLE RICHARD EN BELGIQUE

6 JUIN 1975 - FOREST-NATIONAL

Little Richard à Forest-National

 

 

 

LITTLE RICHARD  A FOREST.

 

Les examens et le beau temps voilà deux éléments très défavorables lorsqu'il s'agit de remplir une salle comme « Forest-National ». Deux mille personnes environ pour le « grand » LITTLE RICHARD, ce n'est pas beaucoup, et elles n'en eurent PAS pour leur argent.


Après un retard appréciable, c'est un groupe « revival » hollandais (quelque chose comme Ricky West and The Hamburgers) qui ouvre les hostilités. Franchement mauvais. Non seulement ces gars sont d'une banalité affligeante, mais le chanteur a un jeu de scène ridicule. Passons.

 

Lorsque vient le tour du groupe de Little Richard, on est surpris par le peu de matériel qu'il y a sur scène : quelques amplis à peine. Il va être, à ma connaissance, le premier rocker à se servir de la sono de « Forest-National ».

 

Pas trop mauvaise, mais pas vraiment fameuse non plus. Son groupe lui-même est assez tape-à-l'œil. A part un guitariste qui se prend manifestement pour Jimmy Page, tous les musiciens sont Noirs. Ce qui n'a d'ailleurs aucune espèce d'importance, si ce n'est pour le batteur, qui, lui, a les cheveux longs, frisés et... blonds. Avec un costume rose.

 

Faut le voir pour le croire ! Une de ces touches, le gars ! D'ailleurs les autres ont aussi l'air un peu fofolles sur les bords. Mais tout ça n'est rien à côté de LITTLE RICHARD lui-même : costume bleu ciel, coiffure Pompadour, maquillage extra... il est non seulement un pionnier du rock-tout­ court, mais du glam-rock aussi.

 


Il démarre avec « Lucille » et martèle son piano avec conviction. Le groupe « colle » bien. Ca remue. Tout de suite l'ambiance s'échauffe...« Tutti   Frutti », « Good Golly Miss Molly », « Long Tait Sally ». Oui, les tout grands classiques y passent. Mais c'est tout.

 

Little Richard reste une demi-heure à peine sur scène. Durant cette demi-heure, il chante peut-être vraiment dix minutes. Le reste du temps, il pianote, prend ses poses pour les photographes, jette ses chaussures au public, grimpe sur le piano, fait venir une vingtaine de personnes sur scène, demande entre chaque morceau si on aime, si on aime vraiment, si on aime vraiment vraiment, si on aime vrament vraiment vrai­ment, de crier « Wou ! », de crier « Wou-wou ! », de crier « Wou­wou-wou ! ».


«Oh My Soul ! ».

 

Le roi du rock ? Bwof... Le roi du baratin, oui !

 

Il n'y a pas de rappel. C'est tellement court que les spectateurs croient d'abord à une fausse sortie, ou à un nouvel entracte. Une demi-heure pour 200 balles au moins, c'est vraiment chérot. Même si effectivement, malgré tout, le personnage est tellement dingue que cette demi-heure vaut vraiment la peine...

 

PIERO KENROLL.

 

( Critique parue dans Télémoustique N° 2576 )

 

 

Little Richard