CHRONIQUE 1973- 1980

 

Retour sur la page BIENVENUE

 

Retour sur l'index de Chronique 73-80

 

AGENDA CONCERTS ROCK BELGIQUE

en 1973
en 1974
en 1975
en 1976
en 1977
en 1978
en 1979
en 1980

FESTIVALS

 

Bilzen 1973

Bilzen 1974
Bilzen 1975
Bilzen 1976
Bilzen 1977
Bilzen 1978
Bilzen 1979
Bilzen 1980

Torhout-Werchter 1978

 

GROUPES ANGLAIS

 

Alice Cooper en Belgique 1975

 

Blue Oyster Cult Belgique -1975

 

Boomtown Rats

 

David Bowie - 1978

 

Genesis-Belgique 1973-80

 

Led Zeppelin - Belgique 1975-80

 

Little Richard- Forest 1975

 

Marvin Gaye à Ostende

 

Neil Young - Belgique 1976

 

Pink Floyd - Belgique 1977

 

Rolling Stones en Belgique - octobre 73

 

Rockstars 1973-1974 in Belgium-Holland-England

 

Rockstars 1975-1976

in Belgium_Holland-England

 

Rockstars 1977-1980

in Belgium_Holland-England

 

Talking Heads en Belgique 1978

 

Uriah Heep en Belgique

 

Vince Taylor, la fin d'une idole -années 80

 

TEMPLE DU ROCK

 

Rockin'Club Forest 1977

 

ROCK ANNÉES 70 par Piero

 

Gravé dans le Rock

L'ouvrage de Piero Kenroll en 17 chapitres

 

 

CHRONIQUE 1960-1965 CHRONIQUE 1966-1972 CHRONIQUE 1973-1980 LES PIONNIERS DU ROCK GROUPES ROCK
BELGES

GRAVÉ DANS LE ROCK BIBLIO - ROCK
NEWS
THE SHAKESPEARES CINEMA - SALLES
COUPS DE FILMS
LIENS
 

 

NEIL YOUNG EN BELGIQUE

 

25 MARS 1976 - FOREST NATIONAL
BRUXELLES

 

Neil Young - Forest National - 25 mars 1976 © Paul Coerten

 

Compte-rendu de Piero Kenroll

(Magazine Télémoustique N° 2619)

 

 

C'était bien, non ?... Mais un peu court peut-être ?... À ces deux réflexions se résume le concert de Neil Young à Forest National. Comme prévu, une fois de plus, c'était archiplein. Et le public était très mélangé. Manifestement certains avaient fait le déplacement de très loin, d'Allemagne et de Hollande même. Certains étaient déjà là, au début de l'après-midi...

 

Neil Young lui, est du genre qui ne se presse pas. Il s'est pointé avec près d'une demi-heure de retard sur scène et, pour rattraper le temps perdu, sans doute, il a écourté la première partie, qui consistait pour lui a essayer un peu tous les instruments qui se trouvaient sur scène.

 

Forest National archi bondé © Coerten

 

Neil Young accompagné par Crazy Horse © Coerten

 

 

On nous l'avait annoncé pour 45 minutes, seul en acoustique. Il passa de la guitare au piano, du piano au banjo, du banjo à la guitare, et ainsi de suite, mais se limita à 30 minutes seulement...

Rien de spécial, remarquez, si ce n'est que ses chansons sont ce qu'elles sont : c'est- à-dire excellentes.

La deuxième partie fut plus intéressante.

 

Acompagné par Crazy Horse, il continua à interpréter ses titres les plus connus (il a fait très peu de nouveautés). D'emblée, l'atmosphère s'échauffa, aussi bien sur scène, où - Young et ses musiciens semblaient mettre toute leur énergie dans leur musique -, que dans la salle, qui réagissait de plus en plus fort .

 

Neil Young - Crazy Horse

Neil Young - Crazy Horse

 

Cela nous valut quelques belles envolées instrumentales qui contribuèrent à révéler Neil au public belge comme un excellent guitariste.

 

Un nouveau morceau avec accompagnement au mellotron fut particulièrement réussi. Hélas ! cela se termina un peu trop vite.

 

La partie électrique ne dura qu'une heure cinq, rappels compris...

 

On est habitués a plus de la part d'artistes d'une telle notoriété