CHRONIQUE 1973- 1980

 

Retour sur la page BIENVENUE

 

Retour sur l'index de Chronique 73-80

 

AGENDA CONCERTS ROCK BELGIQUE

en 1973
en 1974
en 1975
en 1976
en 1977
en 1978
en 1979
en 1980

FESTIVALS

 

Bilzen 1973

Bilzen 1974
Bilzen 1975
Bilzen 1976
Bilzen 1977
Bilzen 1978
Bilzen 1979
Bilzen 1980

Torhout-Werchter 1978

 

GROUPES ANGLAIS

 

Alice Cooper en Belgique 1975

 

Blue Oyster Cult Belgique -1975

 

Boomtown Rats

 

David Bowie - 1978

 

Genesis-Belgique 1973-80

 

Led Zeppelin - Belgique 1975-80

 

Little Richard- Forest 1975

 

Marvin Gaye à Ostende

 

Neil Young - Belgique 1976

 

Pink Floyd - Belgique 1977

 

Rolling Stones en Belgique - octobre 73

 

Rockstars 1973-1974 in Belgium-Holland-England

 

Rockstars 1975-1976

in Belgium_Holland-England

 

Rockstars 1977-1980

in Belgium_Holland-England

 

Talking Heads en Belgique 1978

 

Uriah Heep en Belgique

 

Vince Taylor, la fin d'une idole -années 80

 

TEMPLE DU ROCK

 

Rockin'Club Forest 1977

 

ROCK ANNÉES 70 par Piero

 

Gravé dans le Rock

L'ouvrage de Piero Kenroll en 17 chapitres

 

 

CHRONIQUE 1960-1965 CHRONIQUE 1966-1972 CHRONIQUE 1973-1980 LES PIONNIERS DU ROCK GROUPES ROCK
BELGES

GRAVÉ DANS LE ROCK BIBLIO - ROCK
NEWS
THE SHAKESPEARES CINEMA - SALLES
COUPS DE FILMS
LIENS
 

 

LED ZEPPELIN EN BELGIQUE

FOREST NATIONAL - BRUXELLES - 12 JANVIER 1975

Jimmy Page © jHdg

 

D'après un article paru dans Télémoustique N° 2554

 

6.500 personnes pour LED ZEPPELIN, en tenant compte des invités et autres profiteurs (ces salauds de journalistes, par exemple), ça fait quelque chose comme 6.000 entrées payantes à 250 francs. Soit : UN MILLION CINQ CENT MILLE FRANCS !... Joli.

 

 

Et pour une fois, prière de ne pas trop loucher du côté des organisateurs. Non. Un groupe du calibre du Zep travaille au pourcentage, c'est bien connu.

 

Vous pouvez être sûr que ce sont Messieurs Page, Plant, Jones et Bonham qui se sont mis le gros du paquet en poche. Que nous ont-ils proposé en retour ? Une heure quarante- cinq minutes de musique (montre en main)...

 

On veut bien admettre de casquer lorsqu'on en a pour son argent. Si le groupe s'amène, par exemple, comme ELP, Jethro Tull ou Genesis, avec une mise en scène telle qu'on voit vraiment qu'il nous donne un show complet, ou qu'il est, comme Gilbert O'Sullivan, accompagné par un grand orchestre dont chaque musicien et son déplacement doivent être payé...

 

Mais où était le « spectacle » du Zep ?

 

A part trois grandes tours constellées de projos, tout ce qu'on a vu, c'est quatre musiciens jouer leur truc en vitesse et se tailler au galop.

 

Pas d'interview, z'ont un avion à prendre dans trois quarts d'heure ! Pour cette raison, il n'y eut pas de première partie. Remarquez qu'on n'a pas perdu grand-chose.

 

Frank Storms est bien sympathique, mais on l'a déjà vu deux fois. Mais « dans le temps », le Zep jouait plus de deux heures. Maintenant il s'est arrêté après une heure et demie et il y eut deux rappels. Rideau.

 

Les avis sont partagés quant à la prestation du groupe. Ça va du « dégueulasse » au « terrible » ! Moi-même, j'hésite. Au début, ça cafouillait allègrement.

 

 

« C'est notre deuxième concert en deux ans », expliquait Plant. Y a pas de quoi être fier !

 

Puis, il y eut quelques nouveaux morceaux vraiment très bien. Avec John Paul Jones beaucoup souvent aux claviers qu'à la basse. Vraiment, de chouettes compositions. Le double album, s'il paraît un jour, s'annonce bien.

 

Les rappels aussi furent mordants, mais tout de même, on ne peut pas parler d'enthousiasme juvénile chez les musiciens, ni même de parfait professionnalisme.

 

Plant est toujours un excellent chanteur, mais il manque de feeling ; le petit Page est un grand guitariste, mais il n'est plus original ; Jones et Bonham (qui a physiquement doublé de volume) sont effacés et efficaces, mais rien de plus.

 

Un grand concert ? Certainement pas. Satisfaisant ? Peut-être. Inégal ? Sûrement...

 

Deux ans à se tourner les pouces, ça marque les meilleurs !

 

Led Zeppelin © jHdg

 

 

Led Zep à Forest National © Coerten

 

 

Robert Plant © Guy De Maeght

 

Jimmy Page © Guy De Maeght

 

 

Robert Plant © jHdg

 

Robert Plant © jHdg

FOREST-NATIONAL - BRUXELLES - 20 JUIN 1980

Compte-rendu de Bert Bertrand dans Télémoustique N° 2840

 

Jimmy Page © De Maeght

 

 

Je viens de faire le compte: j'ai vu exactement cent vingt-cinq groupes se produire à Forest-National depuis son ouverture il y a bientôt dix ans. Mais le 20 juin 1980, c'était la première fois que la sonorité était aussi dégueulasse.

 

Il y a eu quelques très bons concerts à Forest (Genesis, Neil Young, les Stones, Mike Oldfield), de très mauvais (Pigz, Molly Hatchet, Amanda Lear) mais ceux-ci n'avaient pas le statut international de Led Zeppelin discutablement le groupe le plus populaire de la terre, avec Pink Floyd et les Rolling Stones.

 

John Paul Jones © Guy De Maeght

 

La balance était inexistante, le volume sonore n'était même pas assez fort (et j'étais à moins de dix mètres de la scène), les membres du groupe ne jouaient pas ensemble, Page se livrait à des solos qui n'impressionnent plus personne, bref c'était AFFREUX.

 

J'avoue n'avoir pas eu le courage d'endurer la totalité de leur show mais apparemment le public trouvait ça très bien, il ne se sentait pas insulté du «Je-m'en-foutisme» des musiciens.

 

 

Il n'avait manifestement pas l'impression que la seule motivation de Led Zeppelin actuellement doit être d'ordre pécuniaire.


A vrai dire , le public a eu ce qu'il attendait — sauf sur le plan strictement sonore — et les gens ont dû repartir heureux d'avoir entendu « Whole Lotta Love».

 

Peut-être devrais-je les envier ?

 

 

 

Robert Plant © Guy De Maeght

 

Jimmy Page © Guy De Maeght

 

 

 

Lire aussi : Led Zeppelin en Belgique le 28 mai 1972