THE SHAKESPEARES

 

Retour sur la page BIENVENUE

 

Retour sur l'index Shakespeares

 

Chapitre 1 : Les débuts du groupe. Son arrivée en Belgique. Le chanteur Brian - Martin Pigott et Chris Stone

 

Chapitre 2 : Les English restent en Belgique - 1967

 

Chapitre 3 : Sortie de Burning My Fingers

Les Shake Spears changent leur nom en Shakespeares

 

Chapitre 4 : How does she look - Tournage Clip à Knokke

 

Chapitre 5 : Février 1969 les Shakespeares quittent la Belgique

 

Alan Escombe vit aujourd'hui à Byron Bay (Australie)

Son fils Luke est à l'aube d'une carrière internationale.

 

 

 

CHRONIQUE 1960-1965 CHRONIQUE 1966-1972 CHRONIQUE 1973-1980 LES PIONNIERS DU ROCK GROUPES BELGES
GRAVE DANS LE ROCK BIBLIO - ROCK - NEWS THE SHAKESPEARES SALLES DE CINEMA COUPS DE FILMS LIENS
 

Alan Escombe

Alan Escombe

 

Luke Escombe

Luke Escombe

 

Sting and Karin Escombe

Karin Escombe et Sting

 

collection personnelle de Alan

 

 

ALAN ESCOMBE ...AUJOURD'HUI

Byron Bay Alan Escombe

Byron Bay

 

En 2009, grâce à Facebook, j'ai pu renouer, des contacts avec Alan Escombe, l'ex-bassiste des Shakespeares, dont j'avais perdu toute trace depuis le début des années 70. Depuis, est née une fructueuse collaboration épistolaire.

 

En effet, Alan, après avoir lu sa bio sur le site memoire60-70, a rassemblé ses souvenirs et m'a apporté énormément de précisions et de détails que j'avais oubliés. Voilà qui m'a permis de restituer une chronologie beaucoup plus précise des faits et des événements marquants de notre aventure en partie commune.

 

Ceux qui ont apprécié les Shakespeares à l'époque apprendront donc pas mal de choses et verront leur mémoire ravivée par d'inoubliables souvenirs.

 

Pour ceux qui n'en ont jamais entendu parler, le principal intérêt résidera dans la fidèle et minutieuse transcription de ce qu'il est bien convenu d'appeler une épopée. Une épopée, mais aussi une série de belles galères ! Curieuse époque où tout semblait possible. Où la jeunesse tenait le haut du pavé et où l'Angleterre dominait la culture dans le monde. Où l'on pouvait se permettre de vivre, avec très peu d'argent, dans une sorte de folie insouciante, inimaginable aujourd'hui.

 

Il reste encore plusieurs chapitres à écrire. Notamment L'aventure espagnole. Le retour à Londres et la constitution de Fynn Mc Cool. Alan et moi y travaillons. Un jour ce sera sur le site.

 

Mais qu'est devenu Alan Escombe après toutes ces années ? Dans un long courrier, il m'explique sa formidable réussite professionnelle. En 1979, il devient actionnaire de Rock it Cargo. Six ans plus tard, en1985, la Cie qui s'occupe du transport de matériel pour tous les groupes anglais en partance pour les Etats-Unis, couvre 95% du show business mondial. Son premier gros client : Genesis, bientôt suivi de Police, Pink Floyd, Wings etc… www.rock-itcargo.com (UK Site) and www.rockitcargo.com (USA site). Alan m'a confié récemment qu'il comptait écrire un livre sur cette période exaltante.

 

Aujourd'hui, retiré des affaires, il séjourne en Australie à Byron Bay au bord de l'océan avec Karin, son épouse, d'origine allemande et ses deux enfants, une fille et un garçon. Son fils Luke, guitariste, est devenu chanteur, compositeur. Ecoutez sa belle voix de basse sur Youtube. Particulièrement dans la chanson Paris'68 dans laquelle il évoque la vie de bohème que menait son père...

 

http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=luke+escombe&aq=f

 

Alan est décédé en octobre 2015

LUKE ESCOMBE ...

À L'AUBE D'UNE GRANDE CARRIÈRE ...

 

Dans le milieu artistique musique-cinéma-chansons, il arrive que le fils ou la fille égale ou même dépasse son père.

C'est ce qui en train de se passer avec Luke, le fils aîné d'Alan Escombe.

 

Auteur-chanteur-compositeur, véritable poète du rock, Luke manie la provocation avec un humour complètement déjanté. Après un premier CD, remarquable d'originalité au niveau des paroles, il est probablement le premier à oser se moquer du Jihad, du terrorisme d'Al Quaida autant que des mesures de sécurité (quelques fois absurdes) en pratique dans les aéroports.

Il est soutenu par un groupe de musiciens hors pairs : The Corporation.

 

www.youtube.com/lukeescombe

LUKE SE DÉCHAîNE À L'AÉROPORT DE SYDNEY

 

Luke : It was my Mum's 60th Birthday. I was flying up from Sydney to Byron Bay to play a special song for her at her party. I knew there was an old guitar at the house; it just needed new strings. No need for me to check anything in. All I took with me was a change of underwear, a packet of strings and a string clipper.
What is a string clipper? It depends on your perspective.


If you're a musician, it is a tiny mouth that opens 0.56 mm wide, specially designed for the unique purpose of snipping a guitar string. If you're in airport security, it is a dangerous weapon that can slice through a fuselage.

 


I was given the option of checking it in, at a cost of $60, or surrendering it for destruction. I am convinced that I could have done far more damage to my fellow passengers with the packet of strings (6 garrotte wires) or the underwear (worn on my head to induce panic), but thought it best not to argue the point. I am young and have a moustache, and therefore fit a certain profile.


I got to my folks' house and picked up the old guitar. It sounded horrible. The bottom E buzzed and rattled. I started playing a dirty rock riff. In less than ten minutes, a song called "Drop Tha Bomb" had burst into life, and all resentment was gone. Those security guys were just doing their job, and now I was doing mine.

I don't hold grudges, I write songs.

This video is for anyone who's ever had a similar experience.

 

Luke Escombe

 

 

 

The video clip for "Drop tha Bomb" was directed by Christian Heinrich and Steven Kirkby. Luke has recently been awarded a grant by the NSW Government through Arts NSW to take his musical comedy show "Chronic" to the Edinburgh Fringe this August. He hopes he will not have to travel there by boat ...