ALBUM ROCK BELGE

 

Retour sur la page BIENVENUE
 
Retour sur l'index de Rock belge
Ablaze

Actors (The)

Arkham

Ariane et les 10-20

Babs et Babettes - Six Babs
Bob Dartsch - batteur
Brumaire
Brummel's
Buddy Brent ans the Rocking Devils
Captain Bismarck
Blue Notes (The)

Blue Rock et Armand Massaux

Buddy and the Shamrocks
Burning Plague
Burt Blanca (1960-64)
Carriage Company
Chapmans (The)

Chats Noirs (Les)

 

Cousins (Les)
Crash
Croque-Morts (Les)

Denny Vinson alias Stroff

Ducs ( Les )
Doctor Down Trip

Dollars (Les)

Downtrip
Eagles (The)
Enfants Terribles (Les)
Fellows (The)
Frangins (Les)

Freddy Nieuland - Le Wallace de Freddy; Bio complète

Godasses Vertes (Les)

Groupe Cinema

Hiroshima

Jean-Pierre Onraedt, batteur

Jelly Fish
Jenghiz Khan
Jess and James/J.J.Band
Jets et Peter Welch
John Valcke - bassiste
Jokers (The)

Kalika/Soul Fingers

King Bees (The)
Kirk Viking et ses Vikings
Klan (The)
Kleptomania 1969-74 - Les débuts (I)
Klepto en 1974 (II)
La fin de Klepto (III)

Kosmose

Lagger Blues Machine
Laurélie
Lee

Machiavel - Eurock (1976-1977)

 

Machiavel

Entre Eurock, Punk et New wave

(1978-1979)

 

Machiavel

Nouvelles Lignes (1980-1982)

 

Mec-op-Singers

 

Moby Dick

Nessie
Night Rockers
Ombres (Les)
Partisans (Les)
Pazop
Provence Recording Studio - R. van Hove

Les punks en Belgique (Kids_Mad Virgin-Passengers)

Recreation

Roberto Epis

Rockets (The) 1960-68

Salix Alba

Saphirs (Les)
Samoreds (Les)
Seabirds (V.F.)
Seabirds (NTT)

Serpents Noirs

Shakes (The)
Shers (The)
Spiders (The)
Sweet Feeling (The)
Sylvester's Team
Tomahawk Blues
Band
Tenderfoot Kids
T.U.S.H.
Two Man Sound
Vacation
Wallace Collection - 1969L'envolée vers la gloire (1/1)
Wallace Collection - 1969L'envolée vers la gloire (2/1)
Wallace Collection - 1970La rançon de la gloire
Wallace Collection - Le crépuscule (1971).
Wallace Collection 69-71 Discographie complète
Waterloo
Reliques du Rock: Bowlers-Black Birds-Crash Cyclops-Memphis- 1815 Challengers -Lucky.Jones
Valérie Pascal-Liliane- Clandestins_Tempêtes
CHRONIQUE 1960-1965 CHRONIQUE 1966-1972 CHRONIQUE 1973-1980 LES PIONNIERS DU ROCK GROUPES ROCK
BELGES

GRAVÉ DANS LE ROCK BIBLIO - ROCK
NEWS
THE SHAKESPEARES CINEMA - SALLES
COUPS DE FILMS
LIENS
 

ROCK BELGE / ALBUM SOUVENIRS

JENGHIZ KHAN (1970 -1972)

Biographie officielle racontée par Piero Kenroll

 

Friswa et Chris Tick. Derrière : Rémy Bass et Tim Brean

 

PIERO KENROLL ÉVOQUE SA RENCONTRE

AVEC JENGHIZ KHAN

(Interview de Piero Kenroll réalisée par J.Jième)

 

J.Jième : Dans quelles circonstances as-tu rencontré les quatre musiciens qui allaient plus tard former le Jenghiz Khan ?

 

Piero Kenroll : En 1965, à deux pas de la Grand Place, je fais la découverte d'une sorte de café-concert baptisé Rocking Center, lieu exclusivement réservé au rock. Le patron, Albert Dumortier, un vrai fana, s'occupe déjà de trois excellents orchestres belges : Les Partisans, Les Night Rockers  et Stroff and the Jay Five. Très rapidement, les trois formations se font remarquer tant à Bruxelles, qu'au Golf Drouot à Paris et même en Allemagne, où Albert les envoie en tournée dans les clubs d'Hambourg. Je fraternise avec les musiciens des Partisans, Jacky Mauer, Rémi Bass, Marc et surtout avec Friswa qui deviendra très vite un grand copain.

 

Après avoir été engagé comme journaliste au magazine Télé Moustique pour la rubrique rock, je suis un jour invité à un concours de groupes amateurs en Wallonie en tant que membre du jury. Je fais ainsi la connaissance d'un trio qui s'appelle le Tim Brean Group dans lequel on retrouve Christian Servranckx à la batterie, Mick Hart à la basse et Tim Brean au clavier et au chant. Ce trio me laisse une grosse impression. Je décide donc de voter pour eux. Mais ils sont tellement originaux et tellement au-dessus de la moyenne des autres orchestres de bal qu'ils ne remportent évidemment pas le concours.

 

Je m'en vais de ce pas trouver Tim, sympathise avec les musiciens et leur explique qu'un de mes rêves consisterait à m'occuper d'un groupe à part entière. Comme j'ai des tas d'idées de textes, je leur propose une rencontre à Bruxelles pour en discuter.

 

Ils ont besoin d'un guitariste. Je leur présente Friswa. D'emblée ça colle avec Tim et Christian, mais beaucoup moins avec Rémi. Friswa estime qu'il ne s'investit pas assez dans les répétitions et qu'il manque de punch.

 

Les répétitions commencent. Durant des semaines, les musiciens travaillent d'arrache-pied dans la maison des jeunes de Berchem-Ste Agathe. Je collabore avec eux en leur fournissant des textes et des paroles en anglais. Sur le plan musical, je me débrouille comme je peux, car je n'ai jamais étudié le solfège. Jour après jour, nous nous constituons un répertoire solide.

Remy Bass et Tim BreanRemy Bass

5 septembre 1970 à Huy - Remy Bass et Tim Brean au Puzzle à Bruxelles

 

PREMIERS CONTACTS AVEC PIERRE RAEPSAET

 

Piero Kenroll : A la même époque, des membres du Pop Hot Club de Liège attirent mon attention sur un groupe de la région qui s'appelle  Laurelie et qui vient de sortir un album des plus prometteurs.

 

Après écoute des morceaux, je décide de prendre contact avec eux. Et là, surprise, je tombe sur Francis Dozin, leur chanteur, que je connaissais depuis longtemps puisqu'il s'était produit, quelques années auparavant, au  Club des aigles  avec son groupe  Sincerity.

 

 

The Tenderfoot Kids

 

A son tour, Francis me présente Eric Vion, leur producteur, qui fatalement me fait rencontrer Pierre Raepsaet, le compositeur attitré du groupe. Pierre est né à Verviers, il est loin d'être un inconnu. On lui doit notamment le mini-hit  Time is up,  une composition qu'il a écrite pour le groupe liégeois les  Tenderfoot Kids , très populaire mais auquel il aurait fallu un grain de folie supplémentaire.

 

 

Mais ce n'est pas une critique. Entre Pierre et moi, ça a tout de suite bien fonctionné. Il aimait ce que je proposais comme type de collaboration et moi j'étais en admiration devant sa créativité musicale.

 

Jenghiz_Kan rock belge

Jenghiz Khan avec Raepsaet

 

pierre raepsaet

 

Friswa jenghiz khan

Big Friswa

Dans un premier temps, Tim, Christian, Rémi et Friswa ainsi que les membres de Laurelie se sont observés, jaugés puis appréciés. On ressentait une admiration mutuelle. De plus en plus régulièrement, Raepsaet s'est mis à fréquenter la salle de répétition de Berchem. On sentait qu'il se rapprochait de plus en plus.

 

 

Puis le problème de Rémi est revenu sur le tapis. Ils se sont mis en quête d'un autre bassiste. Des contacts ont été pris avec John Valcke qui tournait avec le  Wallace Collection. Mais pour des raisons d'agenda la chose n'a pas pu se faire. Ce qui devait arriver arriva. Laurelie s'est dissout. Pierre s'est retrouvé disponible. Les choses n'ont pas tardé. Rémi est parti et a pris sa place.

 

 

CRÉATIVITÉ ET RECHERCHE DE LOOK

D'après des écrits inédits de Piero Kenroll - 2007

 

Jenghiz Khan

 

«  Choc : Laurelie dissous ! Raepsaet dans Jenghiz Khan. » On le voyait venir, non ? Eh oui, Pierre a senti la différence entre les répétitions du Jenghiz et celles de Laurelie. Aussi bons soient les musiciens de ce dernier groupe, ils ne stimulent pas sa créativité. Avec Tim et Friswa il y a une émulation.

 

Chacun essaie de faire mieux que l'autre, la virtuosité est omniprésente, ce sont des bosseurs, entièrement dévoués à leur musique et, en plus, de joyeux drilles.Alors Pierre se sent avec eux comme un poisson dans l'eau, les idées fusent, la créativité est constante.

 

En plus, je continue à être derrière eux pour des tas de choses, musicales ou non. Ainsi je suis particulièrement soucieux de leur look. Les groupes belges sont encore à la traîne sur le plan international. Ce n'est pas une raison pour avoir l'air d'assistés sociaux sur scène. Je veille au grain aux vêtements que portent « mes » gars en public.

 

 

J'ai justement un flirt avec une collègue de «  Bonne Soirée  » qui s'occupe de la mode pour ce magazine : Agnès Franche. Ses conseils sont précieux. Friswa a l'air trop méchant ? Agnès suggère de désamorcer un peu ça avec un blouson très coloré illustré de dessins genre chambre d'enfant, qu'elle fait confectionner par une copine couturière.

 

Tim n'a plus beaucoup de cheveux. On lui impose une perruque malgré ses protestations. Pour Pierre, le plus doux, le plus gentil, Agnès combine l'air gavroche d'une grande casquette d'artiste peintre avec une veste de coupe militaire. Pas de problème pour Chris, un batteur, ça doit être à l'aise, un t-shirt suffit.

 

Souvent, avant que le groupe ne monte sur scène, nous avons un petit briefing. J'insiste sur le fait qu'il faut, d'emblée, attirer la sympathie du public, lui montrer qu'on n'est pas là pour l'écraser de technique mais pour prendre du bon temps. Il faut présenter les morceaux, les expliquer, préparer les spectateurs … et avec humour S.V.P. !

 

 

Pour ce dernier point Pierre et Friswa se sont trouvés. Ils y vont de vannes et de blagues salées en cascade. À côté du répertoire rock, le public à donc droit à un duo de fantaisistes qui s'accusent réciproquement des pires turpitudes.

 

Les rires fusent autant que les applaudissements. Un spectateur qui n'apprécie pas cet humour se risque-t-il à protester ? Friswa (je le rappelle : un mètre quatre vingt, nonante kilos, ceinture noire de karaté, grand amateur de bagarres de rues dans les bas quartiers d'Anderlecht) lui propose : «  Viens dire ça, ici  ! ».

 

Inutile d'ajouter qu'heureusement, personne ne s'y risquera jamais. J'ai ce que je veux. Sur scène Jenghiz Khan en impose autant par sa musique que par son assurance. Alors… Quoi d'étonnant à ce que Pierre voit dans le groupe la voie royale pour que « ça marche » et qu'il me laisse dormir ?

Big FriswaBig Friswa, le terrible

 

L'ALBUM WELL CUT

 

J.Jième : D'où vient le nom de Jenghiz Khan ?

 

Piero Kenroll : C'est moi qui ai pensé à Jenghiz Khan, car c'est un nom qui de tout temps a inspiré la peur. Avec un type du gabarit de Friswa, il n'était pas possible de faire dans la dentelle. Son look de catcheur et son comportement musclé, voire agressif sur scène devaient jouer en notre faveur.

 

 

J.Jième : Et puis, très rapidement les membres du groupe vont se lancer dans la composition d'un album. Comment les choses se sont-elles passées avec Well Cut ?

 

Piero Kenroll : Entre Tim et Friswa existait une émulation permanente. Chacun essayait de faire mieux que l'autre. Leur virtuosité technique était impressionnante. C'étaient de vrais bosseurs, entièrement dévoués à leur musique et, en plus, de joyeux drilles. Tous les deux étaient ravis des qualités de bassiste de Pierre.

 

Lui-même était très stimulé par la dynamique et la créativité ambiante. Je me rappelle un jour avoir entendu Tim et Friswa discuter entre eux et dire : c'est dommage qu'il ne sache pas chanter. (Rires ininterrompus de Piero). Pour être tout à fait objectif il faut bien admettre qu'en 1970, les voix de Tim et de Friswa. Pour atteindre leur niveau, il a énormément travaillé. Il a fait des progrès considérables.

 

 

Pour revenir à Well Cut, Eric Vion, qui venait assister régulièrement à leurs répétitions s'est très vite montré enthousiaste. Il est parvenu à décrocher un contrat d'enregistrement chez Barclay Belgique. Les enregistrements se sont déroulés dans les studios Reward à Schelle près d'Anvers, l'un des trois seuls studios de Belgique qui permettent l'utilisation de… huit pistes sonores  ! Roger Wollaert du Kleptomania est venu en renfort pour certaines parties de batterie.

 

Jenghiz_Khan 1971

 

 

 

Les titres de l'album Well Cut : Rain - Campus A, Campus B - Hard Working Man - The Moderate - Mad Lover - Trip To Paradise - The Lighter.

 

 

 

 

SORTIE DE L'ALBUM WELL CUT - FEED BACK

D'après des écrits inédits de Piero Kenroll - 2007

 

Ça y est ! Avril 1971. L'album du Jenghiz Khan sort ! Il s'appelle Well cut  , ce qui est sensé souligner qu'il a été enregistré avec soin et c'est Jamic, le caricaturiste maison de Télé Moustique qui signe la pochette. Pour celle-ci, je râle. On nous l'avait promise double et Jamic avait réalisé un formidable dessin en fonction.

 

Mais sans que nous soyons prévenus, elle est devenue simple. En plus il y a une faute d'orthographe dans le nom de Friswa qui est devenu Big Frisma. Le professionnalisme n'est pas encore de mise à tous les niveaux dans les firmes de disques.

 

Enfin… Il y a trois compositions de Friswa et trois de Tim. Je signe toutes les paroles. Il y a aussi mon  The Lighter  dont j'ai aussi écrit - enfin « pensé » serait le terme plus exact – la musique.

 

Pierre Raepsaet, qui n'était pas encore officiellement dans le groupe lors de l'enregistrement, n'a pas eu le temps d'achever une des compositions qu'il a commencées dès que ce fut le cas. J'ai eu l'idée du dessin de la pochette, j'ai participé à la production aux côtés de Vion.

 

 

 

 

Raepsaet Jenghiz Khan

Christian,Pierre, Tim et Friswa (photo Paul Coerten)

 

J'ai même chanté (enfin, crié est plus exact) dans les chœurs pour un morceau. C'est dire à quel point cet album me tient à cœur. Comme responsable d'une rubrique de présentation de disques, comment être impartial ? Peut-on à la fois être juge et partie ? Hélas, il n'y a malheureusement toujours pas d'autres magazines que Télé Moustique qui ont une rubrique de présentation de disques rock en Belgique.

 

Alors ?… J'y vais à la franchise… Sans entourloupe. Je préviens les lecteurs que je suis partie prenante dans ce coup là, et que cette fois, c'est à eux de m'écrire ce qu'ils en pensent. Ils font mieux. Début juin Well Cut est, grâce à leurs votes, en tête de notre Hit-parade des jeunes, il ira jusqu'à la troisième place dans notre Hit-Parade des disquaires où il figurera jusqu'en novembre. Pas mal pour un début non ?

 

J.Jième : Comment caractériserais-tu le style musical de l'album ?

 

Piero Kenroll : Un peu dans la mouvance de Iron Butterfly et de Vanilla Fudge. Les morceaux sont très longs, les mélodies répétitives, envoûtantes, puissantes. Récemment, j'ai découvert sur le net un article tout à fait dithyrambique, rédigé par un critique anglais qui s'intéresse aux anciens groupes belges des années 70. Il écrivait : Well Cut, est le meilleur album qui soit jamais sorti de Belgique. A propos d'un des morceaux, dont j'ai écrit paroles et musique, il dit textuellement : c'est un   mouth droper. Traduction : quelque chose qui fait pendre la mâchoire.

 

 

LE POINT DE VUE FRANÇAIS SUR WELL CUT

par Jean-Noël Coghe (paru dans Pop Music)  

 

Les Partisans rock belge

Les Partisans

 

 

Jenghiz Khan sort son premier disque. Pas un simple. Non, un album. Well Cut. Quelle claque ! En quelques semaines, Well Cut est dans les cinq meilleures ventes du pays. (Le disque vient de sortir en France). Cela faisait une éternité qu'un groupe belge ne s'y était classé. Du même coup, la Belgique se retrouve à fêter un groupe, capable de faire bonne figure sur le marché international. Jenghiz Khan, c'est quatre musi­ciens. Le soliste, Big Friswa, est de poids. Au propre comme au figuré. Bon nombre de Parisiens le connaissent. A l'époque glorieuse du Club des Rockers, il a fait vibrer les voûtes de la Locomotive avec son groupe Les Partisans.

 

Musique hard, pratiquée dans une couleur originale, c'est ce qui se degage de Well Cut. Etonnante maturité, formidable cohésion — cela se démontre aussi sur scène — due a leur entente parfaite — pour déconner, ils ne craignent personne.

 

Avec Jenghiz Khan, on nage dans la mélodie et les choeurs. Puis l'orgue s'emballe, entraînant dans sa ronde infernale tous les instruments, avant de se confondre au fracassant solo de la guitare... Belle, tendre, violente, agressive, envoûtante, pleine de contrastes, telle est la musique de Jenghiz Khan...

 

Cela fait bien sept ans qu'on l'attend. Il est le produit d'une lutte acharnée menée par Piero, chantre de la musique pop en Belgique, face a un cartel dressé contre le phénomène pop.

 

Piero a su implanter dans la presse et à la radio un certain esprit pop, toujours jugé agressif, mais foncièrement honnête et sincère... En rédigeant l'acte de naissance de Jenghiz Khan et en signant les paroles de la totalité des titres, il a remporté une nouvelle victoire...

 

JENGHIZ KHAN SUR SCÈNE

 

J.Jième : Dans ses Mémoires de rocker , Piero nous fait le compte rendu de la prestation du Jenghiz Khan lors du Festival annuel de la Guitare d'Or à Ciney.

 

Dix ans ! En 1971, c'est un exploit pour un festival. Et c'est celui du Festival de la Guitare d'Or de Ciney, que j'ai déjà souvent évoqué . Pour son dixième anniversaire, en ce début de juillet, en plus de l'habituel concours de groupes amateurs, de plus en plus critiqué, on ne peut pas dire que la tête d'affiche soit à la hauteur : les Tremeloes.

 

Plus pop que rock, puisqu'on commence à faire la distinction, et pas mauvais, certes, mais pas de quoi exciter les mouches ! Pour compléter sa programmation, Jean Martin n'a pas cherché loin : quasiment toutes les pointures actuelles du rock made in Belgium sont là : Kleptomania, Lagger Blues Machine, Arkham, Pebbles, et Jenghiz Khan. Ce n'est plus un anniversaire, c'est la fête nationale ! Jean-Luc assure le reportage. Je suis déjà en vacances mais pas encore parti dans le Midi.

 

Jenghiz Khan

A défaut de photo de leur prestation à Ciney, les voici au Free Show au

Wolu Shopping Center à Bruxelles (photos Paul Coerten -1971)

 

Donc je suis présent, because mes potes du Jenghiz. J'ai droit à un avant goût de la Provence: c'est la canicule. Elle est telle que les organisateurs appellent les pompiers pour arroser et rafraîchir le chapiteau. Ça fait du bien. Mais la chaleur joue sur les réactions du public. La plupart des spectateurs sont gagnés par une douce torpeur et les complexités instrumentales du Lagger et d'Arkham ne sont pas faites pour tenir éveillés les non-initiés. Coup de chance ? Parce que ces deux groupes qui le précèdent sont plutôt hermétiques … Parce que la soirée, légèrement moins chaude, commence au moment où le groupe monte sur scène …

 

 

 

Jenghiz Khan rock belge

 

Le Jenghiz Khan va avoir sur le public cinacien l'effet d'une horde de guerriers mongols. Tim, Pierre, Friswa et Chris ont manifestement été marqués par la prestation du Golden Earring quelques jours plus tôt. Ils en veulent. Ils sont en pleine forme. Négligeant volontairement les morceaux calmes de leur répertoire, ils se déchaînent comme ils l'on rarement fait. Passé un moment de stupeur, durant lequel certains doivent se demander si ces types sur scène sont dangereux et s'ils vont venir les attaquer personnellement, les spectateurs sont électrifiés. C'est le réveil. C'est l'allégresse. C'est l'émeute !

 

Des tables sont renversées, des chaises piétinées, le service d'ordre se met à danser le twist, les mères de famille venues en curieuses mettent leurs moutards à l'abri, la pression monte dangereusement dans les pompes à bière, les pompiers sont en état d'alerte, les édiles communaux prêts à déclencher le plan catastrophe, un vieillard paralysé des jambes se dresse sur sa chaise roulante en criant «  Miracle ! Je marche  ! »… C'est du délire, je vous dis. Chaque fin de morceau est saluée par des hurlements de plaisir. Dans les coulisses je ne me tiens plus. Je fais de bonds de joie. Je suis, en esprit, à côté de « mes gars » comme l'entraîneur sur le terrain aux côtés de son équipe.

 

Friswa aussi commence à sauter en l'air… Et il n'est pas léger. Ça fait « boum » quand il atterrit. Mais ce n'est pas fini : pour les rappels, le Jenghiz passe le turbo : une série de classiques du rock achève de mettre le public à genoux. Victoire totale ! Triomphe. Un moment précieux qui est la meilleure des récompenses pour tout ce que j'ai investi dans le groupe. On se tombe dans les bras à la descente de scène. Nous n'oublierons jamais Ciney. Après ça, les Tremeloes ? Eh bien…Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'en effet, ils avaient l'air très molo.

 

 

 

 

POP POLL 1971/TÉLÉ MOUSTIQUE : JENGHIZ N°1

 

Pour l'international : Groupe : 1- The Who , 2- Emerson, Lake & Palmer , 3- Led Zeppelin . Chant : 1- Roger Chapman , 2- Robert Plant , 3- Joe Cocker . Guitare : 1- Eric Clapton , 2- Jimi Hendrix , 3- Pete Townshend Basse : 1- Jack Bruce . Batterie : 1- Carl Palmer . Claviers : 1- Keith Emerson . Autre instrument : 1- Ian Anderson (flûte). Disque de l'année : l'album «  Tarkus  » d' Emerson, Lake & Palmer . Espoir : 1- Genesis

 

Pour la Belgique : Groupe : 1- Jenghiz Khan , 2- Kleptomania , 3- Pebbles . Chant : 1- Big Friswa , 2- William Souffreau ( Irish Coffee ), 3- Luc Smets ( Shampoo ). Guitare : 1- Big Friswa , 2- Dany Lademancher , 3- Alex Capelle ( Burning Plague ). Basse :1- Pierre Raepsaet . Batterie : 1- Roger Wollaert  ; Claviers :1 – Jean-Luc Manderlier ( Arkham ). Disque de l'année : l'album «  Well Cut  » du Jenghiz Khan . Espoir : 1- Jelly Fish.

 

TROP PLEIN DE CREATIVITÉ

D'après des écrits inédits de Piero Kenroll - 2007

 

Avec sa victoire au Pop Poll , son album qui continue à bien se vendre, son triomphe à Ciney, quelques incursions très appréciées hors frontières (notamment en France, au festival de Seloncourt, d'où Jean-Noël Coghe nous envoie un reportage enthousiaste) Jenghiz Khan a atteint le maximum de ce à quoi peut aspirer un groupe belge en 1971. Il lui manque peut-être un hit en single. On y travaille. Ça s'appelle   It's My Way et cette fois Raepsaet a participé à la composition, comme d'ailleurs à un formidable morceau dont je suis en train d'écrire les paroles – ça s'intitulera sans doute  The Power And The Glory, qui constitue une suite de plus ou moins vingt minutes.

 

A mon avis c'est la meilleure chose que le groupe n'ait jamais imaginé. Avec ça sur le deuxième album, la percée internationale est certaine. Gonflés à bloc, Tim, Pierre et Friswa me bombardent de nouvelles compositions et je n'arrive plus à suivre pour écrire les paroles. Pierre commence à chanter et les harmonies vocales du groupe, déjà son point fort, sont maintenant exceptionnelles. Pas plus tard que l'autre soir, tiens…J'avais convaincu mes copains de reprendre un morceau un peu gospel découvert sur un album du Vanilla Fudge, Lord In The Country. Ils s'y sont mis a-capela autour du piano de la maison des jeunes à côté de laquelle se trouve le local de répétition. Le disc-jockey de l'endroit, un certain Pierre Guyaut, n'en revenait pas. Ça m'a donné une idée… Puisqu'on a vu des groupes rock comme les Moody Blues, Deep Purple, Pink Floyd et E.L.P. s'associer avec un orchestre symphonique pourquoi ne tenterait-on pas la collaboration avec une chorale ?

 

Nous nous sommes donc rendu à la cathédrale Saint Michel et Gudule pour assister à un concert regroupant diverses chorales religieuses de tous les coins du pays. On nous a un peu regardés de travers, toute cette bande de chevelus en jeans et blousons colorés dans un coin de l'église, mais ça valait la peine. Rock et chants grégoriens ça pourrait faire un mélange intéressant. J'obtiens un rendez-vous avec le prêtre qui dirige l'une des chorales. Je lui explique le projet et j'arrive presque à le convaincre. Mais nous n'arrivons pas à nous mettre d'accord sur la langue. Pour moi, celle du rock, c'est l'anglais. Pour lui, il n'y a que le latin. Faudra essayer un autre…

 

En attendant, Tim me remet toute une cassette de chansons dans un style où l'on sent l'influence d'Elton John, Friswa a un truc particulièrement swinguant dont il ferait bien un enregistrement en solo, Pierre d'ailleurs prépare aussi quelque chose de son côté.

 

J'ai encore une idée… Si avant le passage du groupe, chacun de ses trois membres créateurs y allait de sa propre prestation ? Le Jenghiz Khan pourrait être le premier groupe dont les membres assureraient séparément la première partie des concerts qu'ils donnent en commun. Bonne solution pour absorber leur réel trop plein de créativité.

 

 

 

GLAM ROCK - LE DÉBUT DE LA FIN

Coghe, Jieme, Friswa

Lors d'un cocktail, on retrouve Sylvain van Holme, Friswa,

Jean Jième et Jean-Noël Coghe

 

 

Jean Jième  : Malgré leur notoriété, la sortie de leur LP et leur statut tout neuf de super groupe belge, les Jenghiz Khan vont connaître de grosses difficultés.

 

Piero Kenroll : Hélas le drame pour tous les groupes belges de l'époque a été qu'ils ne pouvaient pas vivre décemment de leur musique. Les contrats ne suivaient pas. L'argent faisait cruellement défaut. Sur le plan humain la situation devenait insupportable. Même Kleptomania, gros chouchou du public, s'est retrouvé face à la même situation intenable. Il leur manquait un vrai manager. Et moi je n'étais ni un agent, ni un impresario qui aurait eu le temps de voyager, de leur trouver des contrats, de discuter avec les firmes de disques. Bref, je n'avais rien de l'homme d'affaires.

 

Jean Jième : Il faut également tenir compte du fait qu'au début des années 70, a déferlée la vague du glam rock. Ce qui a obligé nos groupes nationaux à reconsidérer leur look. Il y a eu beaucoup de réticences de leur part ?

 

 

 

Piero Kenroll : C'est un fait certain, la plupart ont refusé de se compromettre dans cette approche trop glamour du rock. C'est l'époque de T.Rex, Sweet, Gary Glitter, Slade, Roxy Music, David Bowie, Alice Cooper, Iggy Pop, The Stooges .

 

Je pense sincèrement que toutes ces fioritures, paillettes, maquillages, style kitch autour du rock les ont anéantit. Ce fut le cas de Jenghiz Khan… et de l'ensemble des groupes belges qui ne s'en sont jamais remis.

 

Je pense qu'ils n'ont pas compris que le public n'allait plus se satisfaire uniquement de musiciens aux qualités exceptionnelles. Mais qu'il fallait désormais compter avec l'apparence physique, le look et un certain côté glamour. Seul Kleptomania a pu résister un peu plus longtemps que les autres.

 

Il faut bien admettre également que les musiciens belges des seventies se prenaient souvent terriblement au sérieux. Ils étaient plus obsédés par leur technique, leur talent éventuel que par leur public. Or c'est le public qui fait l'artiste aussi ! La plupart des groupes de cette époque auraient apprécié de pouvoir se produire devant un gigantesque miroir qui, aurait renvoyé leur reflet. Mais essayer de plaire au public, ça c'était autre chose. Bref, 1972 va marquer le glas de toute cette vague belge du rock.

 

D'après des écrits inédits de Piero Kenroll - 2007

 

Il ne manquait plus que ça : Friswa quitte le Jenghiz Khan  ! C'est la crise pour les groupes belges on le sait, mais j'espérais tout de même que « mon » groupe ne serait pas touché. J'enrage. Tout semblait pourtant aller si bien pour Tim, Friswa, Pierre et Chris. Trop peut-être ? Le succès local leur est sans doute un peu monté à la tête et il faut bien avouer que, malgré ça, comme tous les autres musiciens rock belges, ils n'arrivaient pas à ne vivre que de leur musique. Alors Friswa a accepté une lucrative proposition de rejoindre le… Wallace Collection. Tiens, au fait, qu'est-ce qu'il est devenu celui-là ? Il est presque oublié chez nous, mais la réputation que lui a acquise  Daydream lui vaut encore des contrats un peu partout dans le monde, où l'on n'est pas trop regardant au fait qu'il ne reste plus que Freddy Nieuland comme rescapé de la formation originale.

 

Friswa a un peu le même raisonnement que Dany du Klepto. « La Belgique, on en a vite fait le tour. Malgré la popularité du Jenghiz les engagements diminuaient parce qu'on nous avait vu partout. La solution c'est l'étranger ; le Wallace y est toujours bien considéré. » Au premier abord le départ de Friswa n'est pas un trop gros problème pour les autres.

 

À cause de ce fichu trop plein de créativité ! Tim était le plus frustré de ne pas voir toutes ses compositions finalisées. Pierre, passionné par le travail de studio, se sent prêt à démarrer une carrière solo. Chris suit Tim dans tout ce qu'il entreprend. Mais tout de même… Que va devenir ce formidable morceau de vingt minutes auxquels ils ont tous contribué ? Ils se mettent d'accord pour que chacun reprenne les parties qu'il a composées. A l'annonce de la séparation, Barclay-France intervient pour qu'il y ait tout de même un nouvel album. C'est Pierre qui prend la direction de la négociation : « Que la firme sorte d'abord le single « It's My Way » que nous avons enregistré, si c'est un succès, on verra pour l'album…  ». Il n'y aura pas de suite. Le groupe ne survivra pas au départ de Friswa.

 

Pour moi, c'est vraiment la douche écossaise. J'ai perdu mon « enfant ». Le Jenghiz me tenait tellement à cœur. Chacun de son côté, Pierre, Friswa et Tim essaient de me consoler. Ils me disent qu'ils auront encore besoin d'un parolier et font toujours confiance à mes jugements. C'est gentil, allez. On en reparlera.

 

*

Quelques grands concerts du Jenghiz Khan : Jazz Bilzen août 1970 - Pop Hot Show à Huy 5 septembre 1970 - Festival de Gand le 28 novembre 1970 - Free Show Wolu Shopping Center 27 juin 1971 - Festival Guitare d'or de Ciney 11 juillet 1971 - Festival de Jemelle le 8 août 1971.

 

 

*

Autre site qui évoque Big Friswa et Jenghiz Khan : http://www.patfraca.com/spip.php?article188

I still remember... FRISWA ( Piero Kenroll - février 2008)

 

 

 

LE 8 JANVIER 1988, DISPARAISSAIT UNE FIGURE EMBLEMATIQUE
DE L'HISTOIRE DU ROCK EN BELGIQUE (Piero Kenroll)

Friswa

 

De son vrai nom François George, Friswa était un enfant des quartiers populaires de Bruxelles. Son éducation s'est faite avec les voyous de Molenbeek et sa passion pour la musique n'avait d'égal que celle qu'il avait pour « une bonne bagarre ». Il était capable d'une grande sensibilité musicale et d'une froide brutalité physique. Un contraste qui allait le faire aimer des uns, détester des autres et le marquer profondément.

Parce qu'en plus, il était bourre de talent. Il devint un virtuose de la guitare (et une pointure au karaté), un chanteur dont la registre se trouvait quelque part entre Jim Morrison et Elvis Presley (à qui il vouait une admiration sans borne), mais il pouvait aussi composer, écrire, dessiner et avait un sens de l'humour et de l'autodérision incroyable.

 

Les Partisans

 

Les amateurs de rock belge firent sa connaissance au milieu des années soixante quand il monta a l'assaut des podiums avec un groupe nommé The Partisans. Avec "les Night Rockers" et "Stroff et ses Jay Five", ils étaient les principales attraction du Rocking Center, un bar aussi nommé « Les Brasseurs », situé rue au Beurre , près de La Grand' Place de Bruxelles. Le patron de l'endroit servait de manager a ces groupes et, comme les Beatles, ils firent les belles nuits de clubs D'Hambourg et d'autres villes allemandes où ils tenaient la scène jusqu'à quatre heures d'affilée. On peut difficilement trouver l'égal comme « école » du rock and roll.

 

Je ne sais pas pourquoi Friswa, le dur, prit en sympathie le freluquet que j'étais à l'époque. Peut-être parce qu'il voyait que j'étais vraiment un passionné de rock ? En tous cas nous devinrent copains et lorsque le club « Les Aigles » commença des réunions « rockanrolliennes » chaque week-end place des Martyrs, les Partisans répondirent bénévolement « présents ! » pour l'inauguration. Par la suite on pût toujours compter sur eux en cas de coup dur (un autre groupe qui se désistait en dernière minute, par exemple) et je devins encore plus copain avec Friswa . Lequel aurait aussi réduit en bouillie quiconque m'aurait cherché des poux. Faut pas dire : mais quand on dirige un club d'excités, ça peut servir. (Rassurez-vous ça n'a jamais servi) (Du moins pas à moi) Mais bref.... Comme vous le savez peut-être si vous avez lu ce bouquin intitulé « Cour de rock », aussi écrit par un excité, la police mis un terme aux réunions des Aigles place des Martyrs. On se rabat sur le Rocking Center et on engage Vince Taylor qui est en pleine déconfiture et n'a même plus de musiciens. Qui monte au créneau pour l'accompagner lors de sa mémorable prestation de 1967 ?...Ben oui...les Partisans.

 

Jenghiz Khan

 

En 1969 j'entre comme rédacteur a TéléMoustique et la rubrique rock dont je m'occupe devient, a ma grande surprise, une sorte de référence. Passionné par mon travail je perds un peu les copains de vue mais je m'en fais de nouveaux. Ainsi lors d'un concours de groupes je repère un trio assez original : le Tim Brean Group. Je devine l'énorme potentiel du chanteur­clavieriste Tim Brean et l'idée d'avoir un groupe dont je serais le mentor me chatouille. Tim me soulage.

J'ai présenté Friswa à Tim et ainsi nait Jenghiz Khan dont je suis le parolier et une sorte de « directeur artistique ». Rejoint par Pierre Rapsat en rupture de Laurelie le groupe enregistre un album intitulé « Well Cut » pour lequel, pour rester modeste (ahem !), je me bornerai à vous recommander une recherche sur Google pour lire ce qu'en pensent certains. Durant quelques mois, Jenghiz Khan devient « le » groupe rock belge numéro un. Les frasques de Friswa et de Pierre sur scènes resteront légendaires et, en 1971, le groupe est tellement bon sur scène qu'il manque de faire s'écrouler le chapiteau du festival de la Guitare d'Or de Ciney.

 

L'après Jenghiz Khan

 

Hélas, en ces temps là, la popularité ne suffit pas pour vivre aux musiciens belges. Friswa se laisse tenter par une offre lucrative de tournée en tant que membre du Wallace Collection qui est le seul connu internationalement. Pierre commence une carrière solo, Tim va rejoindre les ex-Pebbles dans Trinity. Fin du Jenghiz Khan, grave crise du rock belge incapable de s'adapter au courant glam-rock qui déferle sur l'Europe durant deux ans. Et après la tournée du Wallace, Friswa se retrouve sans groupe. Il fait partie quelques temps du Two Man Sound qui est le seul groupe belge a présenter quelque chose de visuel sur scène, mais ce groupe là aussi n'arrive pas à trouver assez d'engagements pour survivre dans cette formule. Pourtant, passant en première partie de Slade à Forest-National, il a tellement de succès que les roadies du groupe anglais sabotent sa sono en pleine prestation. Ce qui vaudra à Chas Chandler déjà ex-Animals, découvreur de Jimi Hendrix et manager de Slade d'ajouter à ses titres celui d'être le gars le plus célèbre a s'être retrouvé avec un oeil poché signé Friswa.

 

Les années 80

 

J'avais déjà écrit des paroles, même composé un air, j'avais envie de m'essayer à la production. C'est évidemment Friswa qui m'en donne l'occasion. Toujours amoureux du rock des pionniers nous écrivons ensemble un morceau hommage à Eddie Cochran. Je réussi à convaincre une firme de disques et en 1974 nous enregistrons le single « I Still Remember Eddie » Pour la face B. Friswa s'auto parodie avec « Big Friswa ». Ce sont les gars du Kleptomania qui l'accompagnent, pas trop rassurés, car Friswa raconte un peu son histoire et chante, entre autres « I smoked with Kleptomania ». Pas de succès à la clef mais on s'est bien amusé.

 

Après, Friswa enregistre encore, en 1979 le single « Johnny's Girl »/ »Back In Town », aussi sans succès. J'étais navré de le voir se ronger à ne plus être reconnu. Nous arrivons dans les années 80, l'époque des synthés et des « groupes » de studio. Je propose donc à mon pote de former un duo/concept que nous appellons Frisway, contraction de Friswa et de Ay, pseudonyme que je prends pour l'occasion. Nous mettons au point une série de compositions dont je suis encore très fier. L'idée était de mélanger des vocaux rappelant les pionniers du rock, de la guitare très heavy metal des seventies et une instrumentation pré-house-techno qui allait devenir la marque des eighties.

Nous préparons de quoi faire un album. Je vais même faire écouter les démos chez Charisma à Londres. Un morceau « Free Radio » (c'était l'époque de l'arrivée des « radio libres ») figure sur un album compilation de présentation des groupes belges intitulé « Sprouts » dont je m'occupais. Un autre « N'Human » sort en single. Aucun succès.

 

Déçu, Friswa essaye encore d'autres directions, même de jouer de gauche à droite avec un bassiste et un batteur sous le nom de Ma's Kitchen. Mais son manque de réussite commerciale, ses problèmes personnels, son caractère ombrageux, le plongent dans une série de déprimes qui trouvent leur triste épilogue lorsqu'il met fin a ses jours le 8 janvier (oui, anniversaire d' Elvis) 1988.

Ce jour la, le rock belge a perdu quelqu'un de vraiment « big ». Et moi un ami.