CINEMA - COUP DE COEUR
Retour sur la page BIENVENUE
Retour sur l'index de Cinéma/coup de coeur
ANCIENNES SALLES DE CINÉMA- BRUXELLES

ANCIENNES SALLES DE CINÉMA DE QUARTIER

 

PROGRAMME FILMS CINÉMA ELDORADO 1956-1957-1958-1959

 

PROGRAMME FILMS CINÉMA ELDORADO 1960

 

PROGRAMME FILMS CINÉMA MÉTROPOLE

1956-1957-1958-1959

 

PROGRAMME FILMS CINÉMA VICTORY

1956-1957-1958-1959

 

PROGRAMME FILMS CINÉMA VICTORY 1960

 

*

MARINA VLADY l'icône des années '50

Filmographie

La NOUVELLE VAGUE EN FRANCE - Et Dieu créa la femme- Les Tricheurs-Le beau Serge-Les Cousins-A bout de souffle

ROCK 1950 - CINEMA US

 

James Dean années 50 La fureur de vivre
Films de Cliff Richard
PORTRAITS D'ARTISANS BELGES DU CINEMA

Ciné Revue et Jo Van Cottom.

Portraits et destins des cinémas de Bruxelles
Armand Wauters et son musée du 16 mm à Grupont
Robert Mawet : Ciné Variétés à Waremme, comme autrefois

Joao Correa : Féminin Féminin- 1972

Studio Acteurs Parallax 1978 - 79

Le Mauvais Age - Film expérimental ( 1964 - 1966(1)
Tournage de la séquence Party(2)
*
CHRONIQUE 1960-1965 CHRONIQUE 1966-1972 CHRONIQUE 1973-1980 LES PIONNIERS DU ROCK GROUPES BELGES
GRAVE DANS LE ROCK BIBLIO - ROCK - NEWS THE SHAKESPEARES SALLES DE CINEMA COUPS DE FILMS LIENS
 

MARINA VLADY, ICÔNE DES ANNÉES CINQUANTE

FILMOGRAPHIE - ANNÉES 1950 - 1959

 

Marina de Poliakoff-Baïdaroff, née le 10 mai 1938 à Clichy.

FILMOGRAPHIE de MARINA VLADY

DES PETITS AUX MOYENS RÔLES

 

Orage d’été de Jean Gehret, avec Gaby Morlay (1949)

Dans la vie tout s'arrange de Marcel Cravenne (1949)

Pardon my French de Bernard Vorhaus avec Merle Oberon (1949)

(version anglaise de Dans la vie tout s'arrange)

Grand Gala - François Campaux (1952)

Des gosses de riches/Jeunes filles de luxe (Fanciulle di lusso) de Bernard Vorhaus

et Piero Musetta, avec Roberto Risso. (1952)

Plumes noires (Penne nere) de Oreste Biancoli, avec Marcello Mastroianni (1952)

Les Infidèles (Le Infedeli) de Steno et Mario Monicelli avec Pierre Cressoy (1952)

La Fille du Diable (La figlia del diavolo) de Primo Zeglio avec Massimo Serato (1952)

L’âge de l’amour (L’étà dell’amore) de Lionello De Felice, avec Aldo Fabrizi. (1953)

Canzoni, canzoni, canzoni, de Domenico Paolella, avec Franco Interlenghi (1953)

Jours d'amour (Giorni d'amore) de Giuseppe de Santis avec Marcello Mastroianni (1953)

Marco la Bagarre (Musoduro) de Giuseppe Bennatti avec Gérard Landry (1953)

Avant le déluge, de André Cayatte, avec Bernard Blier (1953)

Le crâneur, de Dimitri Kirsanoff, avec Raymond Pellegrin (1954)

Casanova (Le avventure di Giacomo Casanova), de Steno, avec Gabriele Ferzetti (1954)

        Elle (Sie) Elle, de Rolf Thiele, avec Nadja Tiller. (1954)

        Symphonie inachevée (Sinfonia d’amore ) de Glauco Pellegrini, avec Lucia Bosè.

Sophie et le crime, de Pierre Gaspard-Huit, avec Peter Van Eyck. (1955)

La Sorcière de André Michel avec Maurice Ronet (1955)

Les salauds vont en enfer, de Robert Hossein, avec Henri Vidal. (1955)

Crime et châtiment, de Georges Lampin, avec Robert Hossein. (1956)

          Pardonnez nos offenses, de Robert Hossein, avec Pierre Vaneck. (1956)

  Liberté surveillée, de Vladimir Voltchek et Henri Aisner, avec Robert Hossein. (1957)

  Toi, le venin de et avec Robert Hossein.(1958)

Les canailles, de Maurice Labro, avec Robert Hossein. (1959)

          La nuit des espions, de et avec Robert Hossein.(1959)

          La sentence, de Jean Valère, avec Robert Hossein. (1959)

 

Source pour la filmographie: Yvan Foucart  (Dictionnaire des comédiens français)

 

 

 

En 1949, Jean Gehret engage tourne Orage d'été dans les studios de Cinecitta à Rome, avec en vedettes Odette Joyeux et Odile Versois. Il recherche une jeune fille pour interpréter la jeune sœur d'Odile qui propose d'auditionner, Marina, sa propre soeur. À cette époque, elle a onze ans et déjà un petit rat à l'Opéra. Orage d'été, une comédie dramatique, devient sa première incursion dans le monde du cinéma.

 

Elle se prend au jeu, accepte un petit petit rôle dans une co-production franco-anglaise aux côtés de Merle Oberon, l'héroïne des Hauts de Hurlevent et au cours des deux annéres suivantes enchaîne les doublages de films italiens et joue dans des pièces radiophoniques.

 

Entre 1952 et 1953, elle tourne coup sur coup huit  films aux qualités diverses dont : Des gosses de riches avec Roberto Risso, L’âge de l’amour avec Aldo Fabrizi, Jours d'amour avec Marcello Mastroianni et La fille du diable avec Massimo Serato.

 

 

 

 

À gauche : 1952 - LES INFIDÈLES (Le Infedeli) - À droite : 1953 - L'AGE DE L'AMOUR (L’étà dell’amore)

 

 

1953 - JOURS D'AMOUR ( Giorni d'amore) avec Marcello Mastroianni.

 

 

1953 - AVANT LE DÉLUGE d'André Cayatte

 

 

Repérée par le cinéaste français André Cayatte, elle devient l'héroïne du film Avant le déluge qui lui vaut d'obtenir le Prix Suzanne-Bianchetti de la meilleure jeune actrice de l’année.

 

Scénario : Dans les années 1950, en France, cinq adolescents sont pris de panique face au risque de guerre nucléaire avec la Corée. Leur décision est prise : ils vont aller s'installer sur une île perdue, pensant y être à l'abri. Mais pour financer ce périple, il faut de l'argent. Daniel, Philippe, Jean, Richard et Liliane se lancent alors dans un cambriolage qui tourne au bain de sang. Effondrés, les parents assistent au jugement de leurs enfants…

 

Casting : Bernard Blier - Marina Vlady - Antoine Balpêtré - Paul Bisciglia - Roger Coggio  - Jacques Castelot - Paul Frankeur.

 

Réalisation : André Cayatte
Scénario : André Cayatte et Charles Spaak
Dialogues : Charles Spaak

 

 

 

 

 

 

En Italie, Marina devient une valeur sûre au box-office. La voilà repartie pour des aventures cinématographiques diverses en France, Italie et Allemagne. Après un Crâneur, un Casanova et une Symphonie inachevée, Pierre Gaspard-Huit l'engage dans un polar intéressant : Sophie et le crime.

 

 

1954 - Le crâneur avec Raymond Pellegrin

 

 

 

 

1955 - SOPHIE ET LE CRIME

 

 

 

Scénario : À Paris, Sophie entame ses débuts de journaliste chez Tel Quel, un hebdomadaire à sensations. Sa voisine Louise Richter est assassinée. Le principal suspect est son mari Franck qui a disparu immédiatement après le drame. Un soir, celui-ci surprend Sophie qui enquête à son sujet. Il la convainct de son innocence. Sophie démarre de nouvelles investigations dans le but de le disculper.

 

 

 

Casting :Marina Vlady - Peter van Eyck - Jean Gaven - Pierre Dux - Dora Doll  - René Havard - Paul Guers. 

 

Réalisation : Pierre Gaspard-Huit - Scénario : Pierre Gaspard-Huit et Pierre Lary d’après le roman de Cécil Saint-Laurent alias Jacques Laurent -  Dialogues : Marcel Achard

 

ROBERT HOSSEIN : UNE RENCONTRE DÉTERMINANTE

LES SALAUDS VONT EN ENFER

Le couple glamour des années '50.

 

 

Alors que la carrière de Marina Vlady peine à démarrer, 1955 marque sa rencontre avec l'acteur Robert Hossein. Ce dernier prépare Les salauds vont en enfer, son premier film en tant que réalisateur.

 

 

Scénario : Pierre Macquart et Lucien Rudel sont détenus dans une prison du Midi de la France. L’un des deux est à l’origine de la dénonciation de Gauvin, impliqué comme eux, dans un braquage qui a mal tourné. Gauvin passe à la guillotine. Lors de leurs promenades dans la cour, Fred et sa bande harcèlent Macquart et Rudel qu’ils traitent  de balances. Ils veulent savoir qui a parlé aux flics.

 

Persuadés qu’ils vont y laisser leur peau, le duo parvient à s’évader à la faveur d'une messe dans l’enceinte de la prison, après avoir tué deux gardiens. Après une course poursuite, les détenus en cavale se réfugient dans les plaines camarguaises.  Apercevant une cabane, occupée par un jeune peintre et sa maitresse, ils séquestrent le couple, se heurtent à l’homme qu’ils  abattent sans ménagement. Prisonnière des  assassins de son amant, Eva, (une superbe femme-enfant) va utiliser tous  ses charmes afin de les dresser l'un contre l'autre. Elle parvient à les entraîne dans des sables mouvants où ils disparaissent corps et bien.

 

 

Serge Reggiani et Marina Vlady

Ciné Revue 1955

 

 

1955 - LA SORCIÈRE

 

 

Marina Vlady part tourner en Suède La sorcière d'André Micheldans la superbe région des lacs et des forêts de la Dalécarlie, aux côtés de Maurice Ronet et de Nicole Courcel. Son rôle de sauvageonne troublante de sensualité et de pureté l'impose encore davantage. Elle devient une icône sans toutefois connaître la véritable consécration internationale.

 

Maurice Ronet et Marina Vlady

 

Casting : Marina Vlady - Maurice Ronet - Nicole Courcel - Michel Etcheverry.

 

Réalisation : André Michel
Scénario : Jacques Companeez - Adaptation : Jacques Companeez et Christiane Imbert d’après l’œuvre d’Alexandre Kouprine.

 

 

Scénario : Petit bijou en noir et blanc, cette rareté invisible depuis de nombreuses années à la télé, met aux prises une sauvageonne vivant dans les bois, face aux habitants d'un village en Suède peu disposés à tolérer sa liberté et ses promenades dans la forêt. Cruels et intolérants, il la porchasse jusqu'au drame d'une rare violence.

 

Baignant dans le décor exotique des froides forêts de l'Europe du Nord, Marina Vlady, 17 ans à peine, dégage un érotisme mêlé d'innocence. Grâce à ce rôle, elle perpétue le mythe de la femme-enfant, et on n'est pas prêt d'oublier son extraordinaire sex-appeal.

 

Maurice Ronet n'est pas encore l'acteur phare de la Nouvelle Vague qu'il va bientôt devenir, irradie déjà de charme.

Si la mise en scène est plutôt classique, le sujet, très moderne, déborde d'énergie, et en ce sens ce film méconnu mérité d'être vu.

 

(Extrait dev : www.http://cesoiralatele.hautetfort.com)

 

Ciné Revue - 1956

 

 

1956 - CRIME ET CHÂTIMENT

 

 

Casting : Jean Gabin, Robert Hossein, Marina Vlady, Bernard Blier, Ulla Jacobson, Gérard Blain, Gaby Morlay, Lino Ventura, Marie-José Nat.

 

Réalisation : Georges Lampin
Scénario : Charles Spaak, d'après le roman Crime et châtiment de Fiodor Dostoïevski

 

Scénario : René Brunel, un étudiant déboussolé et sans le sou, agresse la vieille Madame Orvet connue dans le quartier pour être une usurière sans scrupules et la tue. Le commissaire Gallet chargé de l’enquête soupçonne le jeune homme mais ne dispose d’aucunes preuves.

 

Entretemps, un jeune artiste peintre s’accuse injustement du meurtre. Mais Lili, une prostituée à la morale bien pensante, pousse René à libérer sa conscience et à se dénoncer, ce qu’il finira par faire.

 

 

Marina Vlady - Robert Hossein

 

 

1956 - PARDONNEZ NOS OFFENSES

 

 

Casting : Marina Vlady, Robert Hossein, Pierre Vaneck, Giani Esposito,Béatrice Altariba, Julien Carette, Roger Dumas, Samy Frey, Jean-François Poron, Mario David.

 

Réalisation : Roert Hossein

Scénario : Robert Hossein et René Wheeler

 

 

Scénario : France. Une zone portuaire fréquentée par une confrérie de gitans se retrouve perturbée par l’intrusion de contrebandiers en alcool et cigarettes. Les tensions croissent et les vengeances se multiplient. La violence part dans l’outrance la plus totale jusqu’au drame final

 

 

 

Marina Vlady et Mario David

 

 

1956 - LIBERTÉ SURVEILLÉE

 

 

Casting : Robert Hossein, Marina Vlady, René Lefèvre, Paul Bisciglia, José Varela.

 

Réalisation : Henri Aisner et Vladimir Voltche

Scénario :Colette Audry Marie Epstein, Joseph Picek et Vladimír Voltchek.

 

Scénario : À Paris, gare du Nord, Jean-Paul Viberty échappe de peu aux policiers qui le traquent depuis qu’un vol  de tableau suivi du crime d’un gardien,  en a fait le principal suspect. Le compartiment dans lequel il trouve refuge est occupé par une équipe de coureurs d’aviron en partance pour Prague. L’entraîneur de l’équipe, bien qu’il ne soit pas dupe, engage Jean-Paul en tant que masseur. À Prague, Jean-Paul tombe sous le charme d’Eva, une jeune fille à la fois sublime, sportive et fiancée à un champion d’aviron tchèque.

 

 

Eva est attirée par Jean-Paul et accepte volontiers qu’il la drague. Leur relation les rapproche au point qu’elle se sente prête à quitter le pays pour le suivre en France. Mais Viberty sait qu’il n’y a aucun avenir ni pour lui ni pour elle. Alors lors d’une promenade nocturne et romantique, il la repousse, prétextant qu'il ne l'a jamais aimée. Dans le train en route pour Paris, Viberty avoue toute la vérité à l'entraîneur de l'équipe qui réalise que derrière le voyou d'apparence se cache un cœur noble. L’aventurier saute du train pour retourner à sa vie d’homme traqué. 

 

Robert Hossein, Marina Vlady et José Varela

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1958 - TOI, LE VENIN

 

 

Casting : Marina Vlady, Robert Hossein, Odile Versois, Henri Crémieux, Héléna Manson.

 
Réalisation : Robert Hossein, d'après le roman de Frédéric Dard, C'est toi le venin (Fleuve noir, 1956)
Scénario et dialogues : Robert Hossein
Musique : André Gosselain alias André Hossein

 

 

Scénario : Sur une route secondaire proche de Nice, Pierre Menda, solitaire et désoeuvré marche sans véritable but.  Il est soudain accosté par une conductrice au volant d’un  luxueux cabriolet. Sans dire un mot, elle l'invite à monter dans le véhicule, dénude sa poitrine et se donne à lui.
Après l’avoir éconduit sans ménagement,  la jeune inconnue blonde tente de l'écraser, puis se fond dans la nuit. Menda parvient à relever le  numéro d'immatriculation et s’arrange pour retrouver l’adresse du propriétaire du véhicule: les sœurs Lecaine, deux quasis jumelles. Éva, la cadette, a les jambes paralysées et se déplace en fauteuil roulant. Invité à s’installer dans leur magnifique villa, Pierre tente de démasquer celle qui s’est donnée à lui. Une relation tripartite s’installe semant le trouble et le doute dans son esprit en même temps que s'épaissit le mystère.

 

Roert Hossein et Odile Versois

 

Robert Hossein et Marina Vlady

 

Toi le venin demeure une perle du film noir, non pas au sens policier mais dans ses personnages et ses situations pour les moins ambigües. Le spectateur est pris dans une quête de cherche de vérité et emporté dans une spirale sans fin.

 

Le scénario de Frédéric Dard distille juste de quoi intriguer, désorienter et jouer avec les nerfs du spectateur. Marina Vlady et sa sœur Odile Versois sont magnifiques et incarnent à la fois le charme, la grâce et la candeur. Bombe sexy, Marina incarne à merveille le péril féminin dans ce qu’il a de plus déstabilisant et manipulateur.  Ainsi, le personnage principal se retrouve-t-il prisonnier d’une toile dont l’une des deux araignées pourrait s’avérer  mortelle. Mais laquelle ?

 

(Inspiré de la critique : http://leroyaumedesavis.over-blog.com)

 

 

1959 - LES CANAILLES

 

 

Casting : Marina Vlady, Robert Hossein, Philippe Clay, Scilla Gabel, Claire Maurier

 

Réalisateur : Maurice Labro
Scénario : Maurice Labro, Rodolphe-Maurice Arlaud, Louis Martin et Claude Desailly d'après le roman de James Hadley Chase Fais-moi confiance.

 

 

Scénario : Hélène Chalmers, fille du ponte d’un groupe américain de presse, débarque à Rome où elle est accueillie par Ed Dawson, responsable de la succursale italienne. Peu de temps après son arrivée , la jeune fille disparaît. Son père somme Ed de la retrouver. Ce dernier se lance à sa recherche et se retrouve bientôt impliqué dans une ténébreuse affaire.

 

 

 

 

 

1959 - LA NUIT DES ESPIONS

 

 

Casting : Marina Vlady, Robert Hossein, Michel Etcheverry, Robert Le Béal, Michèle Dufour, Roger Crouzet, Georges Vitaly.

 

Réalisation : Robert Hossein, assisté de Yves Boisset

Scénario : Robert Hossein, Louis Martin et Alain Poiré, d’après le roman La Nuit des espions de Robert Chazal (Fleuve Noir)
Musique : André Hossein


Scénario : Durant la seconde guerre mondiale deux espions, Helen Gordon et Philip Davis ont rendez-vous dans un chalet de montagne pour une remise de microfilm. Lui, est revêtu de l’uniforme de la SS, elle est en tenue civile. L’un et l’autre doute de leur véritable identité.  Est-il Anglais malgré son « « déguisement ?  Est-elle allemande sous le couvert d’une Française ?  Le couple se livre à éprouvant tête à tête où amour, suspicion et violence s’imbriquent, jusqu’au drame.

 

 

Marina Vlady et Robert Hossein

 

 

 

1959 - LA SENTENCE

 

 

Casting : Marina Vlady, Robert Hossein, Roger Hanin, Lucien Raimbourg, Béatrice Bretty.


Réalisateur : Jean Valère.
Scénario : Georges Arnaud et Marcel Moussy (+ dialogues)

 

 

 

Roger Hanin et Robert Hossein

 

Scénario : Durant la seconde guerre mondiale, quatre résistants sont arrêtés sur une plage de Normandie. Un officier allemand les condamne à être fusillé dans l’heure. On suit, en temps réel, leurs derniers moments passés dans la prison qu’ils partagent avec un autre détenu.